Le Ghana et le Nigéria détectent leur premier cas de variant Omicron

Les deux pays ont annoncé avoir identifié le variant Omicron du Covid-19 chez plusieurs voyageurs en provenance d’Afrique du Sud. D’autres cas sont attendus par les autorités nigérianes dans les prochains jours.

Mathis Thomas
Rédigé le
Un nouveau variant du Covid-19 a été découvert sur le continent africain
Un nouveau variant du Covid-19 a été découvert sur le continent africain

Le variant Omicron s’étend en Afrique de l’ouest. Le Nigéria et le Ghana ont annoncé avoir détecté leurs premiers cas de variant Omicron sur leur territoire, ce mercredi 1er décembre. Le Ghana a annoncé avoir détecté la présence du variant Omicron chez des voyageurs en provenance du Nigeria et d'Afrique du Sud.

Au Nigéria, pays le plus peuplé d’Afrique, les autorités ont identifié trois cas du variant Omicron chez des voyageurs en provenance d'Afrique du Sud la semaine passée. "Ces personnes sont arrivées au Nigeria la semaine dernière", selon le Centre nigérian de contrôle des maladies qui affirme avoir mis en place un suivi pour s'assurer de leur isolement et de la recherche de cas contact.

"Omicron est largement répandu dans le monde... Ainsi, il est question de savoir quand, et non pas si, davantage de cas seront identifiés", ont ajouté les autorités.  

A lire aussi : Face au variant Omicron, l'Algérie à l'heure du choix 

Dépistage et vaccination à la traîne

Le pays le plus peuplé d'Afrique a jusqu'ici enregistré officiellement 214 113 cas de coronavirus et 2 976 morts. Des chiffres bas, au regard de ses 210 millions d'habitants, mais probablement sous-évalués, en raison d'un faible nombre de tests effectués.

Le Nigeria a récemment lancé une campagne de vaccination de masse dans le pays, mais les taux de vaccination restent faibles, avec seulement 3,5 millions de personnes ayant reçu jusqu'ici deux injections. 

Après l'annonce de la découverte du variant Omicron en Afrique du Sud, le Nigeria avait ordonné aux voyageurs d'effectuer un test deux jours après leur arrivée, en plus de celui déjà demandé une semaine après leur entrée sur le territoire.