Un troisième pays africain valide le Molnupiravir, la pilule anti-Covid de Merck

Après le Maroc et l'Egypte, l'Afrique du Sud vient d'autoriser l'utilisation de la pilule contre le Covid-19 du laboratoire Merck, destinée aux adultes à hauts risques.

AlloDocteurs Africa
AlloDocteurs Africa
Rédigé le , mis à jour le
Le Molnupiravir arrive sur le sol sud-africain
Le Molnupiravir arrive sur le sol sud-africain  —  Westock Productions / Shutterstock

Elle séduit de plus en plus d'Africains. Déjà autorisé au Maroc et en Egypte, le Molnupiravir arrive sur le sol sud-africain. Son autorisation "offre un traitement supplémentaire dans le combat contre le Covid-19", a estimé le patron de l'Autorité sud-africaine de régulation des Produits thérapeuthiques (SAHPRA), Boitumelo Semete-Makokotlela. 

Cette annonce intervient, à l'heure où l'Afrique du Sud est le pays africain le plus endeuillé par la pandémie de Covid. A ce stade, les autorités ont recensé plus de 3,6 millions d'infections, dont un peu plus de 97.000 décès. 

Une pilule qui serait "active" contre Omicron

Pris dans les cinq jours suivant l'apparition des symptômes, la pilule développée par Merck - laboratoire connu sous le nom de MSD en dehors des Etats-Unis et du Canada - limite la capacité du virus à se répliquer, freinant la maladie. Elle réduit le risque d'hospitalisation et de décès de 30% parmi la population fragile, selon des essais cliniques réalisés sur 1.400 participants, avant l'apparition d'Omicron. 

Mais ce traitement reste "actif" contre le variant Omicron, a assuré fin janvier l'entreprise américaine, se fondant sur les résultats de six études en laboratoire. Autorisé depuis la mi-décembre aux Etats-Unis et depuis fin janvier dans l'Union européenne, le Molnupiravir pourrait bientôt être déployé dans toute l'Afrique. Merck a signé un accord de licence volontaire qui va permettre à des fabricants de médicaments génériques de produire son médicament, pour en faciliter l'accès mondial à un prix abordable. Un accord signé en janvier doit permettre à 105 pays à faible et moyen revenu d'y avoir accès.

Source : AFP