Le Congo-Brazzaville traque les fraudeurs du pass sanitaire

Alertés par des parlementaires, les ministres en charge de la Santé et de la Justice tentent de mettre un terme aux trafics des faux pass sanitaires qui impliquent des agents en charge de la vaccination anti-Covid.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le
Le ministre Gilbert Mokoki exhorte les Congolais à se faire vacciner contre la COVID 19
Le ministre Gilbert Mokoki exhorte les Congolais à se faire vacciner contre la COVID 19  —  Ministère de la Santé du Congo-Brazzaville

La situation est tendue. Alors que l'opération coup de poing prendra fin à la fin du mois, les autorités congolaises tentent de lutter contre les faux pass sanitaires qui circulent dans les quatre coins du Congo-Brazzaville. Ce phénomène s’est développé en marge de la vaccination anti-Covid, à l'heure où le pass sanitaire est devenu obligatoire pour les commerçant et les fonctionnaires. 

“J’ai eu un document qui est un vrai mais sur une personne qu’on n'a jamais vaccinée. Nous sommes en train de chercher à démanteler ce réseau“, explique Gilbert Mokoki, le ministre de la Santé et de la Population. Avant d'admettre que le dispositif du pass sanitaire comporte des failles qui doivent être corrigées. Surtout que pour le moment, les autorités suspectent les agents chargés de la vaccination anti-Covid d'être à l'origine de ce trafic de faux pass. 

“Nous sommes en train de travailler pour mettre en place un dispositif qui devrait nous permettre d’en rattraper quelques-uns pour leur faire subir le poids de la sanction. Nous allons les retrouver, ils seront effectivement sanctionnés“, annonce le ministre de la justice Aimé Ange Wilfrid Bininga à nos confrères du quotidien Les Dépêches de Brazzaville.     

Les fraudes sur le pass sanitaire ne concernent pas que le Congo-Brazzaville. Chez le voisin gabonais, les autorités multiplient leurs efforts pour en finir avec ce fléau. Il y a quelques jours, elles ont remplacé les carnets de vaccination par des attestations sécurisées.