Du Maroc au Gabon, les faux pass sanitaires et vaccinaux se multiplient en Afrique

Test PCR négatif, vrai faux certificat de vaccination, pass sanitaire ou vaccinal... en Afrique, de nombreux trafiquants proposent de faux documents sanitaires, alors que la vaccination anti-Covid piétine.

Badr Kidiss
Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
De nombreux pays africains ont du mal à effectuer des tests PCR en nombre suffisant pour contrôler la pandémie
De nombreux pays africains ont du mal à effectuer des tests PCR en nombre suffisant pour contrôler la pandémie  —  OMS

La vaccination devient (quasi) obligatoire en Afrique ? Qu'à cela ne tienne ! Alors que moins de 11% des Africains ont reçu les deux doses d'un vaccin anti-Covid, certains préfèrent chercher un faux certificat de vaccination. Depuis le début de l'épidémie de Covid-19 sur le continent, des dizaines de milliers de faux pass sanitaires et des tests PCR falsifiés ont été découverts dans les quatre coins de l'Afrique. Et beaucoup d'autres circuleraient encore dans les différents pays africains qui ont mis ce dispositif en place. 

En ce début d'année, le Maroc et la Tunisie ont, par exemple, interpellé plusieurs faussaires. Ces derniers sont suspectés d'avoir écoulé des faux tests PCR et des pass sanitaires falsifiés. Même son de cloche au Togo, au Sénégal et au Gabon, où les autorités locales font la guerre aux trafiquants de documents anti-Covid. 

Des tests PCR inaccessibles

Même si la majorité des pays d'Afrique subsaharienne ont plafonné les prix des tests de dépistage du Covid-19, de nombreuses personnes ne se font pas tester, faute de moyens. Dans certains pays, comme l'Egypte et le Mozambique, le prix d'un test de dépistage du Covid Contactée par l'Agence France-Presse (AFP), l'Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît que les tests PCR nécessitent des ressources et infrastructures considérables, ce qui peut poser des difficultés. Elle a mis en place un mécanisme appelé Accès aux outils contre le Covid (ACT)-Accelerator pour mettre à disposition des pays en développement près de 500 millions de tests de diagnostic. 

Mais à l'heure où les contaminations ralentissent sur le continent, les files devant les laboratoires et les pharmacies pour des tests antigéniques, PCR ou rapides sont toujours aussi longues. A tel point que certains observateurs craignent une pénurie. Une mauvaise nouvelle, alors que les faux certificats de vaccination sont relativement nombreux et de plus en plus difficiles à détecter. Mais l'espoir existe : les premiers tests PCR "made in Africa" ont vu le jour en 2021.