Cause, traitement... trois choses à savoir sur la fièvre typhoïde

Fréquente en Afrique, la fièvre typhoïde est une maladie potentiellement mortelle D’après l’OMS, elle affecte chaque année 11 à 20 millions de personnes dans le monde et entraîne de 128.000 à 161.000 décès. Comment l'éviter ? Est-ce que ça se soigne ? On vous dit tout.

La rédaction d'Allo Docteurs Africa
Rédigé le
La fièvre typhoïde est courante dans les régions où les conditions de salubrité et d’hygiène sont déficientes
La fièvre typhoïde est courante dans les régions où les conditions de salubrité et d’hygiène sont déficientes  —  OMS

Bien présente sur le continent africain, la fièvre typhoïde tue chaque année des dizaines de milliers de personnes sur le continent. Courante dans les régions où les conditions de salubrité et d’hygiène sont déficientes, cette maladie se transmet généralement par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par des selles ou des sécrétions des personnes infectées, malades ou porteurs sains. 

Alors que le Cameroun se réjouit d'avoir découvert un phytomédicament capable de traiter cette infection, voici les trois choses les plus importantes que vous devez savoir sur la fièvre typhoïde : 

Les symptômes de la fièvre typhoïde

Les signes de la maladie peuvent être légers ou graves et apparaissent quelques jours après la contamination. Il s’agit généralement des fortes fièvres en continu, de maux de tête, nausées, fatigue extrême ainsi que les troubles digestifs manifestés par le vomissement et la diarrhée. 

Lire aussi : Pourquoi vomit-on ?

Certains patients peuvent aussi présenter une éruption cutanée. Et dans les cas sévères, la fièvre typhoïde peut entraîner des complications sérieuses, voire la mort.

Le traitement

Oui. Le traitement de la fièvre typhoïde se fait en fonction de l’évolution de la maladie. Dans les cas simples, un recours à un traitement antibiotique suffit généralement. Mais avec l’émergence de la résistance à ces médicaments, de nouveaux antibiotiques, comme les céphalosporines et l’azithromycine, sont utilisés dans les régions touchées en Afrique et ailleurs. 

Même après la disparition des symptômes, on peut rester porteur de la bactérie, ce qui signifie que les sujets concernés peuvent encore la propager par les selles.Lorsqu’on est traité pour une fièvre typhoïde, il est important d’appliquer les mesures suivantes :

- prendre les antibiotiques prescrits pendant toute la durée demandée par le médecin
- se laver les mains à l’eau et au savon après avoir été aux toilettes et ne pas préparer ou servir de la nourriture à d’autres personnes. On diminue ainsi le risque de transmettre l’infection à autrui
- demander au médecin de procéder à un test pour s’assurer qu’aucune bactérie Salmonella typhi ne reste dans l’organisme.

Comment éviter cette maladie

Comme indiqué, la fièvre typhoïde sévit généralement dans des zones insalubres où l'accès à l'eau potable et aux installations sanitaires est limité. Dans la mesure du possible, des mesures d’hygiène s’imposent pour éviter la maladie : bien se laver les mains avant de manger et être allé aux toilettes, ne pas consommer d'eau en cas de doute quant à sa qualité (la faire bouillir ou chlorer le cas échéant), bien laver les fruits et les légumes, en particulier s’ils sont consommés crus...

Si des mesures d’hygiènes individuelles permettent de prévenir bien des cas, un renforcement général des conditions sanitaires est requis pour réduire le risque, comme l’installation de latrines hygiéniques et le renforcement de l’accès à l’eau potable.