Au Cameroun, l’hôpital Laquintinie de Douala traque le glaucome

Plus de 500 Camerounais ont profité de la campagne de dépistage du glaucome organisée par le service d’ophtalmologie de l’hôpital Laquintinie de Douala.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le
Une consultation ophtalmologique à l'hôpital Laquinitinie de Douala, le 29 mars 2022
Une consultation ophtalmologique à l'hôpital Laquinitinie de Douala, le 29 mars 2022  —  AlloDocteurs Africa / Arnaud Ntchapda

Il ne tient plus sur place. René Nguea est au service d’ophtalmologie de l’hôpital Laquintinie de Douala (HDL) pour se faire dépister. "J’assiste pour la première fois à une campagne de dépistage du glaucome. J'en profite pour me faire dépister, en espérant que je me sentirai mieux", nous explique le jeune homme d'une trentaine d'années. 

Mais pour que ses yeux soient examinés par un médecin, René doit s'armer de patience. Des centaines de Camerounais ont fait le déplacement pour se faire dépister. 

Lire aussi : "La forme la plus fréquente du glaucome est plus présente chez les noirs"

Première cause de cécité au Cameroun

Maladie sournoise qui se développe la plupart du temps sans douleur, ni gêne, le glaucome est la première cause de cécité au Cameroun. Près de 5% de la population est concernée par cette maladie oculaire qui apparaît souvent après l'âge de 40 ans. 

Lorsque les symptômes du glaucome apparaissent, il est déjà trop tard pour que les traitements de cette maladie des yeux soient efficaces. D'où l'importance de se faire dépister régulièrement. En plus, l'examen est vraiment très simple. A l'hôpital Laquintinie de Douala, les médecins regardent le nerf optique, prennent la pression oculaire, mesurent l’épaisseur de la cornée pour confirmer ou infirmer la présence d'un glaucome. Encore faut-il consulter...