Un cas suspect d’Ebola détecté en RDC, une enquête est en cours

Quelques semaines après la fin de l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo, les autorités sanitaires enquêtent sur un cas suspect dans l’est du pays.

La rédaction d'Allo Docteurs Africa avec AFP
La rédaction d'Allo Docteurs Africa avec AFP
Rédigé le , mis à jour le
Des hommes se préparent à analyser un cas suspect d'Ebola (photo d'illustration)
Des hommes se préparent à analyser un cas suspect d'Ebola (photo d'illustration)  —  Belen B Massieu / Shutterstock.com

Le début d’une nouvelle épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) ? Un cas suspect a en tout cas été détecté et fait l’objet d’une enquête par les autorités sanitaires. La nouvelle a été annoncée par le bureau régional pour l'Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), samedi 20 août. 
 
Ce nouveau cas suspect intervient quelques semaines seulement après la fin de la 14e épidémie d’Ebola en RDC, annoncée début juillet. Cette épidémie a duré trois mois. Quatre cas confirmés et un probable, tous décédés, avaient été enregistrés dans le nord-ouest du pays. 

Le cas suspect identifié à Beni

Cette fois, le cas suspect se situe dans l’est de la RDC. Plus précisément, il a été détecté dans la zone de santé de Beni, dans la province du Nord-Kivu, une région déjà affectée par de précédentes épidémies d'Ebola

Il s’agit d’une femme de 46 ans, décédée le 15 août dernier. Elle avait reçu des soins à l'hôpital "initialement pour d'autres affections, mais a ensuite présenté des symptômes compatibles avec la maladie à virus Ebola", explique l'OMS. 

À lire aussi : Deux traitements recommandés contre Ebola pour la première fois par l'OMS

Une analyse est en cours

Des échantillons sont en cours d'analyse par l'Institut national de recherche biomédicale. L’OMS annonce être "déjà sur le terrain pour aider les responsables de la santé à enquêter sur le cas et à se préparer à une éventuelle épidémie". 

"Le personnel de l'OMS travaille avec les autorités sanitaires pour identifier toute personne ayant été en contact avec le cas suspect et surveiller son état de santé", indique l’organisation.  

Prévenir et contrôler les infections

Après la détection du cas suspect, l’OMS entend également veiller "à ce que des mesures appropriées de prévention et de contrôle des infections soient en place, à ce que le traitement puisse être mis à disposition de ceux qui en ont le plus besoin et à sensibiliser les communautés locales". 

Vendredi 19 août, le sujet a été évoqué lors du Conseil des ministres. Le gouvernement recommande "la prudence à la population". Il assure que des "actions urgentes" ont été entreprises et qu'un "stock de vaccins" est disponible dans la province.