La RD Congo déclare la fin officielle de l'épidémie d'Ebola

Les autorités congolaises ont déclaré, ce 4 juillet, la fin de la 14e épidémie d'Ebola, qui a commencé il y a trois mois.

La rédaction d'Allo Docteurs Africa
Rédigé le
La République démocratique du Congo déclare la fin de la 14ème épidémie d’Ebola
La République démocratique du Congo déclare la fin de la 14ème épidémie d’Ebola  —  OMS

C’est le 23 avril dernier que l'épidémie d'Ebola a été constatée dans la ville de Mbandaka, capitale de la Province de l’Équateur, dans le nord-ouest du pays. Il s’agissait de la troisième épidémie dans la province depuis 2018 et la 14ème dans le pays. 

En tout, il y a eu quatre cas confirmés et un cas probable, qui sont tous décédés. Lors de la précédente épidémie dans la province de l’Équateur, qui a duré de juin à novembre 2020, il y a eu 130 cas confirmés et 55 décès. Mais grâce à une riposte rapide organisée par les équipes nationales d'urgence soutenues par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie a été rapidement contenue.  

La vigilance est de mise

"L’Afrique connait une hausse des cas d’Ebola et d’autres maladies infectieuses qui passent des animaux aux humains et touchent de vastes zones urbaines", a déclaré la Dre Moeti. Avant d'ajouter que "nous devons être encore plus vigilants pour nous assurer de détecter les cas rapidement. La riposte à cette épidémie montre qu’en renforçant la préparation, la surveillance et la détection rapide des cas, nous pouvons garder une longueur d’avance". 

Bien que l’épidémie à Mbandaka soit déclarée terminée, les autorités sanitaires poursuivent les activités de surveillance et se tiennent prêtes à réagir rapidement à toute flambée de cas. Il n’est pas rare que des cas sporadiques émergent à la suite d’une épidémie. La maladie, qui affecte les humains et d’autres primates, est grave et souvent mortelle. Les taux de létalité ont varié de 25 % à 90 % lors des épidémies précédentes. Néanmoins, avec le traitement efficace actuellement disponible, les patients ont une chance de survie considérablement plus élevée s’ils sont traités de façon précoce et s’ils reçoivent des soins de soutien.