Nigeria : La fièvre de Lassa a déjà tué plus de 100 personnes en 2020

Au Nigéria, les autorités s'alarment face au bilan provisoire de l’épidémie de fièvre de Lassa.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
Macrophage humain infecté par le virus Lassa
Macrophage humain infecté par le virus Lassa

Inquiétudes ! Une épidémie de fièvre hémorragique Lassa a fait 103 morts, au Nigéria, depuis le début de l'année, annoncent les autorités sanitaires, qui ont également enregistré le premier cas confirmé à Lagos, mégapole de 20 millions d'habitants.

Causée par le virus Lassa, la fièvre de Lassa est une fièvre hémorragique qui est endémique dans certains pays d’Afrique de l’Ouest (notamment le Nigeria, la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone), où il infecte de 100 à 300.000 personnes par an, dont 5 à 6000 cas mortels. Et il est difficile de mettre fin à l'épidémie puisqu'à ce jour, aucun vaccin contre le virus de Lassa n'existe. 

Plus de 500 cas à travers le pays

Le centre national pour la gestion des épidémies a déclaré que 115 nouvelles infections avaient été confirmées la semaine dernière, pour atteindre un total de 586 à travers le pays. Indépendamment du NCDC, les autorités sanitaires de Lagos, la ville la plus peuplée du Nigeria, ont déclaré qu'une personne infectée avait été diagnostiquée dans la ville le 17 février et qu'elle était actuellement en confinement dans un hôpital. 

Mais ce n'est pas la première fois que l’épidémie de fièvre Lassa sévit au Nigeria. L'an dernier, elle a tué près de 170 personnes sur le territoire nigérian, mais cette année le nombre d’infections déclarées est plus important. Le virus tire son nom de la ville de Lassa, dans le nord du Nigeria, où il a été identifié pour la première fois en 1969.