Les lunettes vendues dans les rues de Douala peuvent être dangereuses

À Douala, il n'est pas rare de voir les lunettes médicales étalées dans la rue. Elles sont même entremêlées avec des solaires que proposent les vendeurs ambulants aux passants. Pourtant, toutes ces paires de lunettes peuvent être à l'origine de maladies graves pour vos yeux.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le
La vente des lunettes médicales ou solaires exige certaines normes
La vente des lunettes médicales ou solaires exige certaines normes  —  Saurav022 / Shutterstock

Dans les rues de Douala, nombreux sont les vendeurs ambulants qui exposent des paires lunettes de vue à côté des solaires. Échappant aux normes de fabrication, ces lunettes généralement contrefaites peuvent s'avérer dangereuses pour votre vision. "Des lunettes optiques se vendent dans nos rues, marchés par les mains inexpertes et à l’appât du gain facile", peut-on lire sur le communiqué de la Dre Solange Douanla, présidente de l’Ordre national des Opticiens du Cameroun (ONOC). 

Face à cette situation, les opticiens camerounais ont lancé il y a quelques jours, une opération pour sensibiliser les populations. Les spécialistes estiment que les vendeurs ambulants de lunettes sont à l'origine de“l’augmentation considérable de la cécité au sein d’une population camerounaise qui a déjà atteint la barre de un million d’aveugles à cause de l’erreur de réfraction“. 

Lire aussiComment le glaucome vole la vue aux Africains ?

Des sanctions sévères guettent les usurpateurs

L’Ordre national des Opticiens du Cameroun (ONOC) met en garde les citoyens “contre le recours à des individus parfois organisés en bande, qui interpellent dans les rues, accueillent dans des échoppes ou proposent des solutions via Internet“

L’ONOC rappelle que l’exercice et l’organisation de la profession d’opticien est encadrée par la loi numéro 99/du 07 Avril 1999 promulguée par le chef de l’Etat camerounais qui stipule que l’autorisation d’exercer le métier d’opticien incombe au seul ministre de la santé publique. De ce fait, la pratique illégale du métier d’opticien est sévèrement réprimée par la loi. Mais dans un Cameroun où le pouvoir d'achat de la population s'affaiblit constamment, difficile d'en finir avec le fléau des lunettes vendues à la sauvette.