Fin de l'épidémie de la maladie Ebola en Ouganda

L'épidémie d'Ebola en Ouganda est terminée, ont annoncé mercredi l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la ministre ougandaise de la Santé, moins de quatre mois après l'annonce du début de l'épidémie qui a officiellement coûté la vie à 55 personnes dans ce pays d'Afrique de l'Est.

La rédaction d'Allo Docteurs Africa
Rédigé le
Des professionnels de santé en Ouganda
Des professionnels de santé en Ouganda  —  OMS Afrique

C'est la fin de près de quatre mois de lutte pour contenir une souche soudanaise rare de ce virus hautement contagieux pour laquelle il n’existe aucun vaccin ou traitement antiviral éprouvé. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le ministère ougandais de la Santé, 42 jours s’étaient écoulés depuis que le dernier malade diagnostiqué d’Ebola avait quitté l’hôpital. Ce qui a permis au pays de dépasser le double de la période d’incubation maximale du virus.

"L’Ouganda a rapidement mis fin à l’épidémie d’Ebola en renforçant les principales mesures de contrôle telles que la surveillance, la recherche des contacts et la prévention et le contrôle des infections", a déclaré la Dre Jane Ruth Aceng Acero, ministre ougandais de la Santé, relevant "la solution magique des communautés qui ont compris l’importance de faire ce qu’il fallait pour mettre fin à l’épidémie".

Lire aussiDeux traitements recommandés contre Ebola pour la première fois par l'OMS

Une épidémie difficile

La maladie d'Ebola est réapparue le 20 septembre 2022 dans le centre de l'Ouganda, avec un premier cas issu d'une souche dite "soudanaise", dont il n'existe pour l'heure aucun vaccin. 

Lire aussiPourquoi certains vaccins contre Ebola ne sont-ils pas efficaces ?

"En l’absence de vaccins et de médicaments, cette épidémie d’Ebola a été l’une des plus difficiles de ces cinq dernières années, mais l’Ouganda a maintenu le cap et a constamment affiné sa réponse. Il y a deux mois, il semblait qu’Ebola allait jeter une ombre sur le pays jusqu’en 2023, car l’épidémie avait atteint des grandes villes comme Kampala et Jinja, mais cette victoire démarre l’année sur une note de grand espoir pour l’Afrique", confirme la Dre Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.  

Mais trois injections expérimentales - l'une développée par l'Université d'Oxford et le Jenner Institute en Grande-Bretagne, une autre par le Sabin Vaccine Institute aux Etats-Unis et une troisième par l'International AIDS Vaccine Initiative (IAVI) - sont actuellement testées en Ouganda, après de premières livraisons en décembre. Selon l'OMS, le pays a reçu 5.000 doses de vaccins. "Bien que l'épidémie en Ouganda ait été déclarée terminée, les autorités sanitaires maintiennent la surveillance et sont prêtes à réagir rapidement à toute reprise", souligne l'agence onusienne, affirmant que les "pays voisins restent en alerte"