En RD Congo, la malnutrition affecte la santé mentale de près de 80% des enfants de 0 à 5 ans

Selon le Réseau d’ONG d’Action en Santé Mentale (ROASAM) à l’origine de ces statistiques ce fléau peut compromettre le développement de ce vaste pays d’Afrique centrale.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le
Nombreux sont les enfants qui souffrent de malnutrition en RD Congo
Nombreux sont les enfants qui souffrent de malnutrition en RD Congo  —  UNICEF DRC Dubourthoumieu

Les chiffres sont alarmants. En République Démocratique du Congo, 78% des enfants de la tranche d’âge 0-5 ans victimes de malnutrition ont une mauvaise santé mentale. C’est le constat que dresse le Réseau d’ONG d’Action en Santé Mentale (ROASAM), à l'heure où la RDC fait partie des dix pays qui représentent 60% de la charge mondiale de l'émaciation (une forme de malnutrition) chez les enfants de moins de 5 ans. 

En 2022, on estime à 2,8 millions le nombre de personnes souffrant de malnutrition aiguë globale, dont 1,2 million d'enfants de moins de cinq ans (HRP, 2022). Une situation qui pourrait avoir de graves conséquences sur leur cerveau. Des chercheurs ont ainsi prouvé qu'un apport en iode, un oligo-élément essentiel à l'organisme, était le moyen le plus efficace d'éviter des déficiences mentales. D'autres ont révélé que les acides gras Oméga-3 jouent un rôle incontournable face à la dépression. Autant dire que la situation est grave en RDC, où au moins 22 millions de personnes sont affectés par des troubles de santé mentale.

"Ça fait autour de 78% des enfants de 0 à 5 ans qui souffrent de la malnutrition, c’est énorme. L’état nutritionnel influence notre santé cérébrale. Ces enfants de 0 à 5 ans qui ont la malnutrition ne peuvent pas avoir une santé cérébrale convenable. Or, le cerveau est notre futur. Ce que nous encaissons dedans aujourd’hui va nous aider pour le futur", estime le conseiller du ROASAM, Docteur Daniel Okitundu

Lire aussi En RDC, la moitié des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition

La santé mentale, une grosse préoccupation en RDC

Mais la santé mentale est aussi malade en RDC. Dans les rues de Kinshasa, nombreuses sont les personnes visiblement atteintes de maladies psychiques qui semblent totalement perdues. Le Centre National Psycho-Pathologique (CNPP) et le Programme National de Santé Mentale (PNSM) ne répondent toujours pas aux attentes, alors que certains Congolais associent les troubles mentaux à la sorcellerie. Sans oublier que dans une République où règnent pauvreté extrême et troubles sécuritaires endémiques, l'insécurité, la faiblesse du système de santé et les contraintes logistiques limitent aussi l'accès aux soins. 

Face à cette situation, le ministre de la Santé publique, de l'Hygiène et de la Prévention, Jean-Jacques Mbungani, prend le problème à bras-le-corps. Il a promis d'améliorer la prise en charge des personnes souffrant de maladies mentales. Maintenant, il est plus que jamais temps de passer des paroles aux actes.