Des médecins mal intentionnés ont trompé des patients en leur injectant de faux vaccins contre le Covid-19 (Image d'illustration)
Des médecins mal intentionnés ont trompé des patients en leur injectant de faux vaccins contre le Covid-19 (Image d'illustration)

Covid-19 : l'Ouganda assouplit ses restrictions

Face à une accalmie de l'épidémie de coronavirus, l'Ouganda a décidé de lever une partie des restrictions en place. Mais il reste beaucoup à faire pour vacciner la population et se prévaloir de futures flambées épidémiques.

Alicia Mihami
Rédigé le , mis à jour le

C'est une bonne nouvelle pour l'Ouganda ! Le président Yoweri Museveni a ordonné l'assouplissement des mesures de confinement en place depuis la mi-juin. Ces mesures de restriction semblent avoir porté leurs fruits : l'Ouganda a enregistré une forte réduction du nombre des cas graves de Covid-19. Le nombre des contaminations avait augmenté avec l'arrivée du variant Delta, entraînant une deuxième vague particulièrement violente. Mais, depuis le début du confinement en juin, les autorités affirment que le nombre d'admissions de patients gravement atteints est redescendu à 50 par jour. 

Dans le cadre des nouvelles mesures, la plupart des transports publics et privés devraient recommencer à fonctionner à partir de lundi prochain, bien que les compagnies de bus aient reçu l'ordre de limiter le nombre des passagers à la moitié de la capacité des véhicules. Les écoles et les lieux de culte doivent rester fermés jusqu'à nouvel ordre et un couvre-feu du crépuscule à l'aube reste en vigueur, mais le nombre des employés autorisés à se rendre à leur travail passera de 10 à 20% de la population active.

Empêcher la troisième vague

"Si ces mesures sont prises, nous empêcherons la troisième vague", a encouragé le président Museveni dans une allocution télévisée. "Nous pouvons vaincre cette maladie". Selon les chiffres officiels, l'Ouganda a enregistré près de 94.000 cas de Covid, dont plus de 2.600 ont été mortels. Et selon les milieux médicaux, le nombre réel des morts est probablement beaucoup plus élevé.

Le programme des vaccinations, comme dans de nombreux autres pays africains, a également été lent avec seulement 1,1 million de doses administrées jusqu'à présent, soit environ 5% de l'objectif du gouvernement. L'année dernière, ce pays enclavé de 45 millions d'habitants a pris des mesures drastiques pour restreindre les déplacements, alors qu'il ne comptait qu'une poignée de cas, imposant l'un des premiers confinements sur le continent. Il a progressivement assoupli ces restrictions lorsque le nombre des cas a diminué, mais à la mi-juin, le président Museveni avait annoncé de nouvelles restrictions lorsque les infections ont repris. Le pays espère maintenant avancer sur la vaccination, pour se protéger contre de nouveaux variants et d'éventuelles nouvelles vagues.