Un patient reçoit son traitement contre la tuberculose
Un patient reçoit son traitement contre la tuberculose

Tuberculose : un nouveau traitement moins cher arrive en Afrique

Alors que la tuberculose continue de faire des ravages en Afrique, un nouveau traitement moins cher et plus pratique s'apprête à faire son apparition sur le continent.

Badr Kidiss
Rédigé le

Elle tue plus de 1,4 million de personnes dans le monde ! Elle, c'est la tuberculose, la maladie infectieuse la plus meurtrière sur terre (devant le VIH/Sida). Très contagieuse, elle se transmet très vite d'une personne à l'autre par voie aérienne (toux, éternuement, crachat...). On estime qu'un malade peut contaminer 10 à 15 personnes par an. Chaque année, on recense en moyenne 10 millions de nouveaux cas, dont au moins 3 millions sur le continent africain. Mais le plus inquiétant, c'est l'apparition d'une tuberculose résistante aux antibiotiques. Une situation qui contraint les autorités et les organisations de santé à miser sur de nouveaux traitements. 

"Des traitements pouvant soigner jusqu’à trois millions de patients devraient être disponibles pour les pays éligibles cette année", a expliqué l’Institut Aurum, une organisation à but non lucratif de recherche sur le sida et la tuberculose, dans un communiqué. Moins cher, ce nouveau traitement intégré, appelé 3HP, combine les molécules rifapentine et isoniazide en un seul comprimé. De quoi alléger le nombre de médicaments à prendre et crédibiliser l'objectif d'une diminution de 90% du nombre de morts par tuberculose d'ici à 2030. 

En attendant un nouveau vaccin ? 

Parmi les pays africains sélectionnés pour la première phase de déploiement du 3HP via l'Institut Aurum, on retrouve notamment l'Ethiopie, le Ghana, le Kenya, le Zimbabwe et le Mozambique. Toutes ces nations vont disposer du nouveau traitement, dès ce mois de février, alors que d'autres pays devraient le recevoir au cours de l'année. 

En parallèle, de nombreux chercheurs sont actuellement engagés dans le développement de nouveaux vaccins contre la tuberculose, vu que le seul vaccin contre ce mal, le BCG, est largement inopérant face aux nouvelles formes de la maladie; Parmi ces piqûres salvatrices, le vaccin MTBVAC - qui est développé par l’Université de Saragosse et la société espagnole Biofabri - est le plus prometteur. Toujours en phase d'essais cliniques, ce vaccin pourrait à terme remplacer le BCG et permettre d'éliminer la tuberculose.