Tout savoir sur la biopsie

La biopsie est un examen souvent associé au diagnostic de cancer. Mais la cancérologie n'est pas la seule spécialité à y avoir recours. On vous explique à quoi sert cet examen et quelles techniques sont utilisées pour le réaliser.

Dr Charlotte Tourmente
Rédigé le
Une analyse au microscope
Une analyse au microscope

Une biopsie consiste à prélever un fragment de tissu ou d'organe afin de l'analyser. Cet examen est précieux pour les médecins car il apporte de nombreux renseignements sur les cellules et la structure des tissus. Il va préciser avec certitude le diagnostic et permettre de déterminer la prise en charge nécessaire.

La biopsie permet aussi d'effectuer des analyses bactériologiques, pour rechercher des germes, immunologiques, pour vérifier la présence d'antigènes grâce à des anticorps, génétiques ou encore biochimiques.

À quoi sert la biopsie ?

Il faut savoir que la biopsie est réalisée dans de nombreux cas. Elle est indiquée pour rechercher une maladie inflammatoire, comme la maladie de Crohn, ou une maladie infectieuse, du poumon, des os ou du foie. 

La biopsie est également réalisée dans certains bilans de maladies rares, comme la ponction-biopsie du foie pour trouver une maladie de Wilson. Elle est aussi intéressante pour identifier une maladie musculaire (sclérose latérale amyotrophique, myopathie) ou déceler certaines maladies de peau, comme le lichen.

Enfin, la biopsie permet de déterminer si une tumeur est bénigne ou maligne. Elle apporte des renseignements essentiels au diagnostic, à la détermination du grade et du stade de cancer mais aussi à la prise en charge en analysant par exemple la présence de récepteurs hormonaux dans le cancer du sein.

À lire aussi : Analyse d'urine... pourquoi et comment on en fait ?

Comment se pratique une biopsie ?

Une biopsie est un examen habituellement court, de moins d'une demi-heure. Lorsqu'il s'agit d'organes superficiels, comme la thyroïde ou le sein, une biopsie transcutanée est faite à travers la peau, sous anesthésie locale. Elle est souvent pratiquée avec une aiguille, appelée trocart. Le médecin peut s'aider d'une échographie pour bien localiser la tumeur à prélever. 

Pour les organes plus profonds, comme le rein, le foie ou dans le thorax, les ponctions sont aussi faites sous anesthésie locale. Une surveillance de quelques heures en hôpital de jour est nécessaire du fait d'un risque supérieur de saignement.  

Pour les biopsies chirurgicales, réalisées pour les tumeurs osseuses ou les organes difficilement accessibles comme le cerveau, l'hospitalisation est largement préconisée.

Les biopsies faites sous endoscopie, par exemple du col de l'utérus ou du rectum, nécessitent souvent une hospitalisation mais en ambulatoire. Les biopsies chirurgicales sont réalisées sous anesthésie générale, tandis que les biopsies endoscopiques se font sous anesthésie générale ou locale en fonction de l'organe.

Y a-t-il des risques et des contre-indications ?

La biopsie est habituellement bien supportée. Une douleur peut être ressentie au moment du prélèvement mais elle est atténuée par l'anesthésie. Une ecchymose peut survenir au niveau du point de ponction. Si une boule, une rougeur et/ou une élévation de la température est constatée, il est préférable de consulter son médecin car il peut s'agir d'un abcès ou d'un hématome. Dans certains cas de cancers, comme le mésothéliome, il peut y avoir un risque de diffusion des cellules cancéreuses.

Les biopsies peuvent entraîner un saignement lorsqu'elles sont réalisées sur un organe très vascularisé, comme la rate ou les reins. Il y a également un risque d'infection et de pneumothorax pour le poumon.

La capacité de coagulation du patient est toujours vérifiée grâce à une prise de sang réalisée avant l'intervention. Un trouble de la coagulation sévère est une contre-indication car il y a en effet un risque d'hémorragie. Une autre technique doit alors être utilisée si possible. Chez les patients sous anticoagulant qui doivent avoir une biopsie profonde, le risque est contourné en arrêtant l'anticoagulant quelques jours et/ou en remplaçant l'anticoagulant par de l'héparine. Une infection en cours est aussi une contre-indication.

Quel délai pour les résultats de biopsie ?

Après avoir été nettoyé, le prélèvement est envoyé au laboratoire et coupé en lames très fines, pour être analysé.  Il est nécessaire de s'armer de patience : les résultats sont connus sous 1 à 3 semaines.

Ce délai n'est pas synonyme de mauvaise nouvelle mais c'est le temps nécessaire pour réaliser l'étude du prélèvement.