Le variant C.1.2 inquiète les scientifiques africains
Le variant C.1.2 inquiète les scientifiques africains OMS

Tout ce qu'il faut savoir sur le C.1.2, le nouveau variant du Covid-19 qui inquiète l'Afrique

Découvert en Afrique du Sud, une nouvelle lignée du Covid-19, le C.1.2, regroupe de nombreuses mutations qui inquiètent les scientifiques du continent.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le

On le redoute dans les quatre coins de l'Afrique. Un nouveau variant, découvert fin août en Afrique du Sud, attire l'attention des scientifiques, car il mute presque deux fois plus vite que les autres variants déjà observés. Baptisée C.1.2, cette nouvelle lignée du Covid-19 a été détectée dans toutes les provinces sud-africaines, ainsi qu'ailleurs dans le monde, notamment dans cinq pays du continent. Une situation inquiétante, à l'heure où l'état des hôpitaux africains n'est pas de nature à rassurer.

Alors que la majorité des infections par le Covid-19 en Afrique du Sud sont actuellement provoquées par le variant Delta - identifié pour la première fois en Inde -, le C.1.2 n'est cependant pas assez fréquent pour être qualifié de "variant digne d'intérêt" ou de "variant inquiétant", comme le sont les variant Delta et Beta - apparu en Afrique du Sud en 2020 -, tous deux très contagieux. "Bien que ce variant ait présenté des mutations inquiétantes, il n’existe pas de données probantes indiquant qu’il est plus transmissible ou qu’il peut entraver l’efficacité du vaccin. Cependant, davantage de recherches sont nécessaires", explique l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Confiance aux vaccins

Les scientifique de l'Institut national des maladies transmissibles d'Afrique du Sud (NICD) assurent que C.1.2 n'est "présent qu'à de très faibles niveaux" et qu'il est trop tôt pour déterminer son évolution. "A ce stade, nous n'avons pas de données expérimentales pour confirmer comment il réagit, en terme de sensibilité aux anticorps", a expliqué Penny Moore, chercheuse au NICD. Mais "nous avons une confiance considérable dans le fait que les vaccins distribués en Afrique du Sud continueront de nous protéger contre les cas graves et la mort", a-t-elle ajouté. 

L'Afrique du Sud est le pays le plus touché du continent africain, avec près de 2,9 millions de cas recensés jusqu'ici, dont plus de 85.000 décès. Le variant Beta est à l'origine d'une deuxième vague de contaminations qui a touché en décembre et janvier le pays, désormais confronté à une troisième vague, dominée par le variant Delta.

Source : AFP