77 millions de personnes fument en Afrique (Image d'illustration)
77 millions de personnes fument en Afrique (Image d'illustration)

Tabagisme : un poison pour l'Afrique

Le monde a célébré hier la journée mondiale sans tabac ! En Afrique aussi, il faut lutter contre le tabagisme qui empoisonne les populations, et surtout les plus jeunes.

Alicia Mihami
Rédigé le , mis à jour le

Le tabac est un poison ! Tout le monde le sait et pourtant, le monde compte plus d'un milliard de fumeurs, dont 80% vivent dans des pays à faibles revenus. Et l'Afrique n'est pas épargnée : selon un rapport de l'OMS datant de 2017, 77 millions de personnes fument sur le continent africain. Et 146.000 meurent chaque année de maladies dues à la consommation de cigarettes (cancer du poumon, AVC, maladies cardiovasculaires, etc.) Un risque de maladies d'autant plus élevé quand on sait que les cigarettes exportées vers l'Afrique sont plus nocives que celles destinées aux pays occidentaux. 

Alors que la tendance est à la baisse un peu partout dans le monde, sur le continent, le marché du tabac est en pleine expansion : selon le Tobacco Atlas, la consommation de cigarette a augmenté de 52% en Afrique entre 1980 et 2016, pour atteindre 250 milliards de cigarettes fumées. Car là où les pays du monde entier luttent activement contre le tabagisme, la plupart des États africains sont très en retard sur ces problématiques, laissant les lobbys du tabac s'implanter et se développer sur leurs territoires. 

Des fumeurs de plus en plus jeunes 

Et les plus jeunes sont au coeur du problème. Dans certains pays comme le Sénégal, les enfants commencent à fumer dès l'âge de 7 ans et que "14,5 % des enfants âgés de moins 15 ans au Sénégal", fument, selon Oumar Ba, coordonnateur du Programme national de lutte contre le tabac (PNLT). D'après les estimations de l'OMS, jusqu'à adolescent sur 5 consommerait du tabac ou des produits dérivés en Afrique (chicha, cigarette électronique, vaporisateur). Un chiffre particulièrement inquiétant, car commencer à fumer aussi jeune peut avoir des répercussions irréversibles sur la croissance des enfants.

Les garçons sont les premiers concernés, mais de plus en plus de filles adoptent la cigarette, mais se cachent pour fumer, notamment au Maghreb, où cette habitude est très mal vue pour les femmes. Cette tendance s'inscrit à contre-courant du reste du monde, où le tabagisme chez les femmes est en baisse avec environ 100 millions de fumeuses en moins entre 2000 et 2018. Mais pour espérer voir s'inverser la tendance en Afrique, il faut que les autorités de santé et les politiques s'emparent du sujet. Sans campagne d'information sur les dangers du tabac, sans taxes et sans mesures de restriction d'âge, il sera impossible de faire baisser le nombre de fumeurs sur le continent.