Pied bot au Cameroun : non, ce n'est pas sorcier !

Considéré comme l'une des malformations orthopédiques les plus fréquentes dans le monde, le pied bot est mal connu au Cameroun. A tel point que les enfants qui en souffrent sont perçus comme des sorciers...

Marinette Nguimfack Standley
Rédigé le , mis à jour le
Le pied bot est une déformation plantaire ?? qui touche près d'un enfant sur 800 à la naissance ??  (photo d'illustration)
Le pied bot est une déformation plantaire ?? qui touche près d'un enfant sur 800 à la naissance ?? (photo d'illustration)

C'est la malformation du pied la plus fréquente dans le monde ! Pourtant, les pieds bots - qui toucheraient près d'un enfant sur 800 à la naissance - sont méconnus dans la plupart des pays du continent africain. Causée notamment par une rétractation de certains muscles et de certains tendons de la jambe, cette déformation orthopédique peut conduire à un handicap permanent. Non traité, le pied bot va s'aggraver tout au long de la vie et exercer des contraintes sur les articulations, des mauvais appuis à la marche, de l'arthrose, des douleurs… 

On distingue quatre formes principales de pieds bots : 

  • l'équin : lorsque le pied, en extension forcée, remonte vers la cheville et ne repose jamais sur le talon. Seule la pointe des pieds touche le sol. On parle d'équin en référence aux sabots du cheval, qui semble lui aussi marcher "sur la pointe des pieds". En latin, equus signifie d'ailleurs "cheval".
  • le varus de l'arrière-pied : lorsque le talon rentre vers l'intérieur alors que normalement, quand on regarde une personne de dos, le talon est légèrement à l'extérieur de la jambe
  • la supination : quand le pied est orienté vers le ciel plutôt que vers le sol
  • l'adduction : quand l'avant du pied est tourné vers l'intérieur

Une malformation méconnue

"Quant mon enfant est né et que j’ai vu son pied penché, j’étais scandalisé. Je n'avais jamais vu ça, ni entendu parler auparavant. Pendant presque 4 jours, je ne voulais pas manger et je passais mon temps à pleurer", nous confie Charlotte, maman camerounaise d’un enfant guéri des pieds bots. Une autre maman, Marie, se réjouit que son fils puisse enfin marcher. Pourtant, à la naissance de son petit il y'a 2 ans, ses pieds étaient complètement retournés vers l’intérieur. "On ne pouvait pas lui mettre les chaussettes. Mon mari a dit qu'il n'ya jamais eu ça dans sa famille. Ma belle famille m'a abandonné avec l'enfant. Elle m’a accusé de n'avoir pas respecté les visites (prénatales). Ma belle-mère a dit que je prenais l'argent des consultations pour manger (dépenser) en cachette au lieu d'aller à l’hôpital. Que c’est de ma faute si l'enfant est né avec les pieds inclinés ", regrette cette jeune maman qui a finalement été remerciée par ses beaux parents pour ne pas avoir abandonné l'enfant. 

Les cas de Marie et Charlotte sont nombreux. Selon le docteur Benoît Nkama, kinésithérapeute et expert dans la prise en charge des pieds bots à l’hôpital de district de Deido à Douala, environ 50 % des familles des victimes attribuent cette malformation à de la sorcellerie.

Les pieds bots, ça se soigne

S'il peut être diagnostiqué grâce à une échographie dès le cinquième mois de grossesse, le pied bot peut aussi être soigné très tôt. Même dès la naissance, car les pieds des nouveau-nés sont encore très malléables. Ils ne contiennent pratiquement pas d'os mais du cartilage, sorte de tissu mou. 

Généralement, c'est le kinésithérapeute qui prend en charge le nouveau-né, dès sa naissance, avec des séances quotidiennes. Débutées rapidement, ces séances de rééducation peuvent parfois "en 4 à 6 semaines" corriger le pied bot selon le Dr Benoît Nkama. Une des techniques de référence aujourd'hui est la méthode de Ponseti, du nom du chirurgien qui l'a développée dans les années 1950 aux Etats-Unis. Efficace à 95%, cette méthode consiste à traiter le pied-bot grâce à des plâtres ou des coques. Mais pour certains enfants souffrant de formes graves, les traitements peuvent être plus complexes : la chirurgie.