Opération à coeur fermé, une première au Cameroun

Avec l'évolution des techniques chirurgicales, les opérations du coeur deviennent plus simples à l'hôpital général de Douala, au Cameroun.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le
Un chirurgien en train de réaliser une incision
Un chirurgien en train de réaliser une incision

Opérer le coeur sans intervention chirurgicale, c'est la prouesse technique qu'ont réalisée les équipes du pôle cardiologie, faisant de l'hôpital général de Douala un pionnier dans cet acte délicat. Une opération à coeur fermé qu'on appelle aussi chirurgie mini-invasive. Cette intervention permet, grâce à de petites incisions, de traiter certaines pathologies cardiaques. Parmi celles-ci, on peut notamment citer les cardiopathies congénitales, des malformations du coeur existant à la naissance qui tuent encore beaucoup d'enfants en Afrique. 

À l'hôpital Général de Douala, dans le service de cardiologie, on s'est fait une spécialité de cette technique d'opération. A ce stade, de nombreux jeunes Camerounais ont pu en bénéficier. C'est d'ailleurs sur les bébés que les bénéfices de la chirurgie mini-invasive sont les plus évidents. 

Une intervention très utile pour les petits

Avec la chirurgie mini-invasive, les patients ont moins de douleurs et de saignements, récupèrent plus vite et n'ont presque pas de cicatrices. Cette intervention est aussi très utile pour les plus petits. Face par exemple à une malformation cardiaque comme la persistance du canal artériel, un vaisseau sanguin qui relie l'artère pulmonaire à l'aorte, la chirurgie mini-invasive favorise sa fermeture. 

Pour permettre au coeur et aux poumons de fonctionner correctement, "on monte une sonde, on arrive au niveau du coeur puis, on met une prothèse pour refermer le canal artériel", détaille la Pr Félicité Kamdem, cheffe du service de cardiologie de l’hôpital général de Douala. Au vu des bénéfices de la chirurgie min-invasive pour le patient, on espère que tous les hôpitaux camerounais vont bientôt l'exploiter.