La peau des albinos est très vulnérable face à l'implacable soleil (photo d'illustration)
La peau des albinos est très vulnérable face à l'implacable soleil (photo d'illustration)

Mali : La championne Nantenin Keita veut protéger les albinos du soleil

A la tête de l’antenne française de la fondation SNK, la championne paralympique Nantenin Keita multiplie ses efforts pour venir en aide aux albinos africains.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le

Leur pire ennemi, c'est le soleil ! Au Mali et partout en Afrique, nombreux sont les albinos qui meurent des ravages du soleil. Maladie fréquente sur le continent africain, l'albinisme est une anomalie génétique héréditaire, provoquée par une absence de mélanine (le pigment qui est à l’origine de la coloration de la peau, de nos cheveux et de nos yeux) qui touche l’homme et certains animaux.

Dans certains pays africains, environ un enfant sur 1.500 est albinos. Et en Afrique plus qu'ailleurs, les personnes atteintes d'albinisme sont en danger de mort. Vu que leur peau est très vulnérable face à l'implacable soleil africain, les albinos ont plus de risques de développer un cancer de la peau. Pourtant, il suffit d'une crème solaire adéquate, de chapeaux à larges bords et de vêtements à manches longues, ainsi qu'une éducation à la protection solaire et des contrôles médicaux réguliers, pour éviter les complications de l'albinisme. 

Une collecte de fonds pour se protéger du soleil

Pour protéger les albinos, la fondation Salif Nantenin Keita (SNK) multiplie ses efforts. Dirigée par la championne paralympique aux jeux de Rio, Nantenin Keita, cette fondation basée à Bamako vient de lancer une cagnotte, juste ICI, pour récolter des crèmes solaires et les acheminer au Mali. Une belle initiative, quand on sait que la prévention des dommages causés par le soleil est le seul moyen d'éviter les cancers cutanés.

Cette cagnotte est d'autant plus importante vu que la plupart des pays d'Afrique subsaharienne ne commercialisent pas les crèmes solaires. Les rares lotions et crèmes solaires importées sur le continent sont fortement taxées, et cela les rend très chères. Et comme les chances de guérison sont presque inexistantes, une fois que le cancer est déclaré, notamment en raison du manque de moyens et l'agressivité de ces tumeurs, il est urgent d'agir.