Recrudescence des attaques contre les personnes atteintes d'albinisme en Afrique

En Tanzanie et dans d'autres pays d'Afrique subsaharienne, des parties du corps de personnes atteintes d'albinisme sont encore vendues pour des pratiques occultes censées apporter richesse et pouvoir.

La rédaction d'Allo Docteurs Africa avec AFP
La rédaction d'Allo Docteurs Africa avec AFP
Rédigé le
Un Congolais atteint d'albinisme
Un Congolais atteint d'albinisme

Ils sont mutilés ou assassinés. Dans de nombreux pays d'Afrique, les personnes atteintes d'albinisme sont encore victimes de violences. La raison ? Des superstitions qui leur attribuent des pouvoirs. En Afrique australe par exemple, nombreuses sont les personnes qui croient - à tort - que des parties du corps des "albinos" apportent fortune et santé. 

L'ONU estime qu'une personne sur 20.000 vit avec ce problème de santé, qui est le plus répandu en Afrique subsaharienne. En Tanzanie, par exemple, un habitant sur 1.400 est albinos. Un peu plus qu'au Zimbabwe, qui compte une personne sur mille atteinte d'albinisme, en plus d'autres groupes ethniques d'Afrique australe. Mais bon nombre de ces personnes sont persécutées. 

En 2021, l'association Under the same sun (UTSS) avait recensé plus de 620 attaques sur les personnes atteintes d'albinisme. Et cette année, de nombreux pays assistent à une recrudescence de ces attaques. C'est notamment le cas de la Tanzanie où les associations locales appellent les autorités à étendre notamment les enquêtes de police aux "guérisseurs traditionnels" qui seraient impliqués "dans le marché noir de certaines parties (du corps) d'albinos". Si les experts de l'ONU s'alarment sur l'augmentation notable des cas signalés de personnes atteintes d'albinisme tuées ou attaquées, rien ne semble pouvoir mettre fin à ces violences.  

Lire aussi : Albinisme : "C’est essentiel de voir des albinos à des postes clés"

Non, l'albinisme n'est pas de la sorcellerie

Pourtant, l'albinisme n'est pas de la sorcellerie. C'est une anomalie génétique héréditaire qui se caractérise par l'absence de pigmentation à la mélanine de la peau, des cheveux et des yeux. Les personnes atteintes de ce mal ont une peau très blanche, des cheveux blancs ou de couleur paille, des yeux plus ou moins rouges.

Maladie ou pas? La question a son importance: assimiler l'albinisme à une maladie contribue aux discriminations dont souffrent les personnes porteuses de cette anomalie. L'albinisme oblige à se protéger du soleil, entraîne un risque accru de cancer de la peau et s'accompagne généralement de trouble de la vision mais n'empêche aucunement de grandir et se développer normalement. 

L'association UTSS préfère d'ailleurs parler de "condition génétique rare". Cette importante organisation de lutte qui comptabilise notamment les violences faites aux personnes atteintes d'albinisme classe la Tanzanie, le Burundi, le Malawi, le Mozambique et la République démocratique du Congo (RDC) comme les pays les plus dangereux en Afrique.