Le Sénégal veut une tarification unique des soins dans le privé

Pour en finir avec les facturations abusives dans les établissements privés de santé peu, le Sénégal veut harmoniser les prix.

Barou Dembélé
Rédigé le , mis à jour le
Une chambre de la clinique Medic'Kane, à Dakar
Une chambre de la clinique Medic'Kane, à Dakar  —  Medic'Kane

Plus de mauvaise surprise ! Les facturations abusives des cliniques et dispensaires privés sont vouées à disparaître. C'est en tout cas l'objectif des autorités sénégalaises qui veulent mettre en place un dispositif réglementaire "participatif et inclusif" sur les tarifs proposés dans ces établissements. 

Lire aussi : Grève dans la Santé, après des poursuites contre des sages-femmes

Cette initiative prise avec le syndicat des médecins du privé entre dans le cadre de la mise en œuvre "des réformes nécessaires à la construction d’un système de santé et d’action sociale résilient et pérenne", peut-on lire dans un communiqué officielle. 

En finir avec factures surprises

L’opacité des coûts des soins au Sénégal serait à l'origine des "factures surprises". Que ce soit dans une clinique privée ou un dispensaire catholique, il est presque impossible de connaître à l’avance le montant qui sera demandé après un soin. Et il n'est pas toujours facile de comprendre sa facture à la sortie d'une clinique du pays. Mais cela pourrait bientôt devenir un lointain souvenir. Le ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, assure avoir pris "toutes les dispositions pour une tarification uniforme des soins au Sénégal".

Lire aussi : Au Sénégal, la greffe du rein peut enfin devenir réalité

’’Cette dynamique de réformes va se poursuivre avec la révision de la nomenclature des actes des médecins, chirurgiens-dentistes, radiologues et biologistes qui, je le rappelle, date de 1955, il ya 67 années’’, estime Abdoulaye Diouf Sarr. Avant d'ajouter que ‘’cette nomenclature est devenue source de tensions entre l’offre des structures privées de soins et la demande formulées par les mutuelles et les autres assureurs’’.