Patrick Achi lors d'une allocution, à l'occasion de la fête du Travail (photo d'illustration)
Patrick Achi lors d'une allocution, à l'occasion de la fête du Travail (photo d'illustration)

Le Premier ministre ivoirien Patrick Achi est hospitalisé en France

Alors qu'il se trouve en France depuis trois jours pour des soins médicaux, le Premier ministre Patrick Achi est attendu aujourd'hui en Côte d'Ivoire.

AlloDocteurs Africa
Rédigé le

Il est à Paris. Depuis mardi dernier, le Premier ministre ivoirien Patrick Achi est hospitalisé en France pour subir une batterie d’examens. Proche du président Alassane Ouattara, Achi avait déjà séjourné dans un hôpital parisien, il y a une semaine, pour une intervention bénigne. 

Pour l'heure, les autorités n'ont pas communiqué sur le sujet, mais le retour du Premier ministre sur le sol ivoirien est prévu pour ce vendredi. En attendant, les rumeurs vont bon train sur la santé de Patrick Achi. 

La santé des dirigeants inquiète

En un an, le pays a connu trois chefs du gouvernement, après les décès subits des deux précédents. Patrick Achi a, pour rappel, été nommé Premier ministre fin mars, deux semaines après le décès brutal de son prédécesseur Hamed Bakayoko, qui a perdu la vie des suites d'un cancer foudroyant à 56 ans. En juillet 2020, c'est le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly qui mourait d'une crise cardiaque à Abidjan, peu après son retour d’un long séjour médical en France.

Alors que la Côte d'Ivoire vit toujours à l'heure du Covid-19, Achi a la difficile mission de poursuivre la politique de réconciliation nationale dans un pays à l'histoire récente marquée par les violences politiques, à l'issue des élections législatives du 6 mars largement remportées par le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, au pouvoir). Ces élections se sont déroulées dans le calme et avec la participation de tous les partis de l'opposition, contrairement à la présidentielle du 31 octobre 2020 boycottée par l'opposition et marquée par des violences ayant fait une centaine de morts, qui a abouti à la réélection d'Alassane Ouattara pour un troisième mandat controversé.