Le deuxième institut ivoirien de cardiologie s'apprête à voir le jour

Bonne nouvelle, l’Institut de cardiologie de Bouaké devrait bientôt ouvrir ses portes.

Badr Kidiss
Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
Le deuxième institut ivoirien de cardiologie sera bientôt opérationnel
Le deuxième institut ivoirien de cardiologie sera bientôt opérationnel  —  Ministère ivoirien de la Santé

On y est presque. Alors que les maladies du coeur gagnent du terrain en Afrique, Bouaké, la deuxième plus grande ville en Côte d'Ivoire, sera bientôt dotée d'un Institut de cardiologie. La construction de ce centre "est presque finie", a annoncé le ministère de la Santé sur sa page Facebook. Avant de préciser qu'"il reste l'étape de plafonnage, d'éclairage, de la voirie, des réseaux et l'équipement". 

Equipé de 150 lits, ce nouvel institut devrait soulager le service de cardiologie du CHU de Bouaké qui est devenu trop exigu. Le deuxième centre de cardiologie du pays, après celui d'Abidjan, devrait aussi  permettre de prévenir les maladies cardio-vasculaires et faire face aux accidents cardio-vasculaires (AVC), qui handicapent des millions de personnes à travers le pays. 

Une triple mission

Selon le ministère de la Santé, ce nouvel institut de cardiologie devra : 

- Assurer des soins d’urgence, des examens de diagnostic, des consultations et traitements, ainsi que l’hospitalisation des malades cardio-vasculaires
- Participer aux actions de médecine préventive
- Participer à l'enseignement universitaire médical, pharmaceutique et odontologique, à la formation paramédicale et à la recherche

Mais en attendant l'inauguration de ce nouvel institut, les autorités continuent de miser sur la médecine à distance. Car les unités de cardiologie bien équipées sont encore rares en Côte d'Ivoire (Abidjan, Yamoussoukro et Bouaké), et les spécialistes - peu nombreux - sont majoritairement basés dans les grandes villes. Jusqu'à quand ?