Cameroun : Près de 100 cardiologues pour 24 millions de coeurs

Les maladies cardiovasculaires pèsent sur la santé des Camerounais, mais le pays ne compte qu'une centaine de cardiologues.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
L'écoute du cœur est l'un des indispensables pour le diagnostic des maladies cardiovasculaires (Illustration)
L'écoute du cœur est l'un des indispensables pour le diagnostic des maladies cardiovasculaires (Illustration)

C'est un désert médical. Alors que 35% des camerounais sont concernés par des maladies cardiovasculaires, la plupart d'entre eux ne peuvent pas consulter un spécialiste. La raison est simple : il y a très peu de cardiologues dans le pays.

En 2017, le Cameroun ne disposait que de 60 cardiologues pour plus de 24 millions d'habitants. Aujourd'hui, ils sont "autour de 100", d'après la Dr Marie Solange Ndom-Ebongue qui a accordé une interview à nos confrères de ABK Radio. Mais ces médecins spécialisés dans les maladies du cœur et dans les troubles liés au système cardio-vasculaire sont souvent à plusieurs centaines de kilomètres des patients. 

Attention à l'hypertension et le diabète

Longtemps focalisé sur les maladies infectieuses qui menacent la population comme le paludisme, le choléra et la tuberculose, notre système de santé semble perdre ses moyens face aux maladies cardiovasculaires comme l’hypertension artérielle, l’insuffisance cardiaque ou encore l’accident vasculaire cérébrale (AVC). Pourtant, ces maladies chroniques font plus de morts que le paludisme et le sida : chaque année, elles tuent plus de 18 millions de personnes dans le monde.

Au niveau national, les maladies cardiovasculaires représentent la première cause d'amputation et la première cause de cécité. Et parmi les facteurs de risque majeur de complications cardiovasculaires, on retrouve notamment l'hypertension artérielle. Près de 30% de la population souffre de cette maladie - dans laquelle les vaisseaux sanguins subissent en permanence une pression élevée qui peut les endommager -, soit l'équivalent de 8 millions de personnes. Dans la majorité des cas, la maladie n'est pas diagnostiquée. Mais non prise en charge, l’hypertension peut entraîner un AVC, une insuffisance cardiaque ou encore, une insuffisance rénale. 

L'autre maladie chronique qui fait des ravages est le diabète. Au Cameroun, un adulte sur 16 est concerné par cette maladie qui se caractérise par un excès de sucre dans le sang. Mais la plupart des malades ne prennent pas bien leurs traitements, ce qui entraîne de sérieuses complications au niveau de tous les organes du cops. A long terme, le diabète contribue au vieillissement prématuré des artères et favorise les maladies cardiovasculaires.