Le Cameroun s'agace, la bilharziose et les vers intestinaux tenaces

Malgré les efforts du gouvernement camerounais, le nombre d'enfants atteints par la bilharziose et/ou les vers intestinaux ne cesse d'augmenter.

Fabrice Beloko
Rédigé le , mis à jour le
Le Cameroun organise régulièrement des campagnes de déparasitage pour les enfants d'âge scolaire
Le Cameroun organise régulièrement des campagnes de déparasitage pour les enfants d'âge scolaire  —  Dr

Ils font de la résistance. Malgré les nombreuses campagnes de déparasitage organisées ces dernières années, les vers intestinaux et la bilharziose continuent de faire des ravages sur le sol camerounais, notamment à l'Est du pays. 

Lire aussi : Doit-on empêcher son enfant de jouer dans un lac pour éviter la bilharziose ?

Bertoua, chef-lieu de la région, "lors de la campagne de distribution de Praziquantel et de l'Albendazole aux enfants non scolarisés de 6 à 14 ans au mois de novembre 2021, beaucoup d'enfants ont été trouvés avec des ventres ballonnés dans des quartiers de la ville",  explique Abbo Ngoungoure, agent de santé communautaire polyvalente (Ascp) dans le Centre de santé intégré de Mokolo 1. 

De mauvaises habitudes des populations

Une situation qui s'expliquerait par les mauvaises habitudes de certains habitants de la région. Dépourvus de toilettes, ces derniers n'hésitent pas à déféquer à l'air libre. Ce qui entraîne la prolifération de parasites responsables de nombreuses maladies, dont notamment la bilharziose. Mais aussi celle des géohelminthiases, les vers intestinaux transmis par le sol. 

Pourtant, les autorités multiplient les campagnes nationales de déparasitage. Il y a quelques mois, une opération a même été organisée dans la région. Mais tant que les règles d'hygiènes ne sont pas respectées, difficile d'imaginer un Cameroun sans bilharziose et sans vers intestinaux.