Le Cameroun à l'épreuve d'Omicron

A moins de dix jours de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) au Cameroun, le pays accélère ses préparatifs à l'ombre d'Omicron, le dernier variant préoccupant du Covid-19.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le , mis à jour le
Le Cameroun a intensifié le séquençage pour mieux traquer les variants du Covid-19 (photo d'illustration)
Le Cameroun a intensifié le séquençage pour mieux traquer les variants du Covid-19 (photo d'illustration)

Le Cameroun se tient sur ses gardes. A l'heure où le pays s'apprête à abriter (enfin) l'édition 2021 de la Coupe d'Afrique des nations (CAN), les autorités multiplient les efforts pour éviter l'apparition d'Omicron sur le sol camerounais. 

“Des mesures spéciales ont été prises pour préserver l’état de santé des sportifs, des officiels et contenir, pour ne pas dire enrayer la propagation du virus y compris le variant Omicron s'il arrivait au Cameroun. Nous avons déjà eu à le faire, nous savons le faire. Nous l’avons déjà fait“, précise le ministre de la Santé, Manaouda Malachie.

Si un passe vaccinal et un test négatif ont été imposés aux supporteurs qui viendront assister à la compétition, le gouvernement camerounais a aussi renforcé le dispositif de surveillance aux frontières terrestres, maritimes et aériennes. En parallèle, ce pays d'Afrique Centrale a lancé une campagne d'intensification de la vaccination anti-Covid pour augmenter le taux d'immunité sur son territoire. Autant d'éléments qui ont poussé le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, d'assurer que la compétition sera "un succès" dans le pays de Samuel Eto'o. 

Lors de sa déclaration de presse, le président de la CAF a rappelé que le variant Omicron posait un "énorme challenge" pour l'organisation de cette CAN. Avant d'assurer qu'il était au courant de la prolifération des "faux tests" de dépistage du Covid-19, et que l'organisation "traitait ces problèmes". Vivement le match d'ouverture opposant le Cameroun au Burkina Faso.