Les lombaires et les nerfs sciatiques sont des zones sensibles
Les lombaires et les nerfs sciatiques sont des zones sensibles Image d'illustration Shutterstock

La sciatique, une douleur invalidante mal connue en Afrique

La sciatique est encore mal prise en charge sur le continent africain. Pourtant sans traitement, elle peut devenir chronique et handicapante.

Alicia Mihami
Rédigé le , mis à jour le

C’est un symptôme plus qu’une maladie. Mal prise en charge en Afrique, la névralgie du nerf sciatique, qui est plus connue sous le nom de sciatique, est une douleur des membres inférieurs, due à la compression du nerf sciatique. Ce nerf est le plus long et le plus gros du corps humain : il est épais comme un doigt et s’étend des lombaires aux pieds. 

La douleur sciatique est très particulière : elle commence dans le bas du dos ou dans la fesse, est descend tout le long de la jambe, sur le côté ou à l’arrière, jusqu'aux orteils. Elle peut être soit lancinante, soit continue et irradiante dans toute la jambe, soit sous forme de décharges électriques. Elle est parfois associée à des douleurs lombaires, on parle alors de lombosciatique.

Souvent déclenchée à l'effort, notamment lorsqu’on porte des charges lourdes, la douleur augmente en cas de repos prolongé, surtout en position assise. Elle provoque souvent une sensation d’engourdissement, de picotements ou de fourmillement dans la jambe touchée. Un éternuement ou une quinte de toux peuvent provoquer des décharges de douleur. 

Une urgence médicale

Dans certains cas graves, la sciatique peut entraîner une paralysie du pied. Il faut alors absolument consulter. Si la douleur est associée à des symptômes d’incontinence ou de rétention, à une perte de sensibilité dans la jambe, la cuisse ou le périnée, il faut aussi voir un médecin en urgence. 

Ces symptômes sont associés au syndrome de a queue de cheval, c’est-à-dire à une compression grave de la moelle épinière. C'est une urgence qui nécessite souvent une opération chirurgicale. Non traité, le syndrome de la queue de cheval peut entraîner une paralysie totale. 

Des causes multiples

La hernie discale est la cause la plus fréquente de sciatique. La hernie survient lorsque la couche dure d’un disque intervertébral, l’amortisseur présent entre chaque vertèbre, se rompt. Le noyaux gélatineux à l’intérieur du disque se répand alors et forme une hernie, qui va venir compresser le nerf sciatique. 

Mais la sciatique peut aussi être causée par un traumatisme (chute, fracture), de l’arthrose de la hanche ou des vertèbres ou à un rétrécissement du canal rachidien. Quelle que soit la cause, l’inactivité est particulièrement mauvaise pour les personnes qui souffrent de douleurs sciatiques. 

Un traitement compliqué

La sciatique est encore mal prise en charge en Afrique. Le traitement est le plus souvent limité à la prescription d’antalgiques et d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, notamment par injections, qu’on appelle infiltrations. Si la sciatique est causée par une hernie, la chirurgie peut être envisagée, mais il y a toujours un risque de récidive. 

La sciatique peut aussi devenir chronique. Dans ce cas là, le meilleur moyen de la soigner reste la prise en charge par un kinésithérapeute ou un ostéopathe. Mais ces professionnels de santé spécialisés sont très rares sur le continent. 

L’activité physique est aussi un élément clé contre la sciatique. Même si la douleur est très gênante, il ne faut pas céder à la tentation de se mettre totalement en repos. La position allongée soulage souvent la douleur, mais il ne faut pas en abuser et au contraire se forcer à marcher régulièrement. Pratiquer une activité sportive et faire des étirements quotidiens sont aussi de bons moyens de soigner ce mal et même de le prévenir.