La RD Congo, deuxième pays africain le plus touché par la tuberculose

Malgré certains progrès, la République démocratique du Congo (RDC) continue de figurer parmi les pays les plus frappés par la tuberculose dans le monde.

Badr Kidiss
Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
Des agents de laboratoire qui dépistent gratuitement la population à Kikwit
Des agents de laboratoire qui dépistent gratuitement la population à Kikwit  —  OMS

Les chiffres sont alarmants. La RD Congo est le 9ème pays le plus atteint par la tuberculose dans le monde,  le 2ème rang en Afrique. En 2021, à l'ombre de la pandémie de Covid-19, le Programme national de lutte contre la tuberculose (PNLT) a signalé un total de 216.690 cas de tuberculose, toutes formes confondues, dont 26.550 enfants. 

Causée par des bactéries (Mycobacterium tuberculosis) qui affectent le plus souvent les poumons, la tuberculose fait des ravages dans les quatre coins du pays. La ville de Kinshasa est la plus touchée, avec près de 30.000 cas. Elle est suivi du Haut-Katanga qui a enregistré environ 16.000 cas, ainsi que le Kwilu (autour de 13.000 cas) et du Sud Kivu (à peu près 12.000 cas). Pourtant, cette maladie est guérissable et évitable.

Accélérer la riposte

Pour contrer la deuxième maladie infectieuse la plus mortelle dans le monde, les autorités sanitaires misent aujourd'hui sur des campagnes gratuites de dépistage. "Notre contribution se focalise sur une action concertée qui nous met ensemble, en organisant des campagnes de dépistage actif. Nous nous intéressons plus particulièrement aux communautés spéciales, les prisonniers, les déplacés internes, les forces de défense et de la sécurité afin de sensibiliser tout le monde. Nous avons, pour cela, des unités mobiles dotées d’un laboratoire avec les machines GeneXpert pour le diagnostic rapide", explique le Dr Franck Mboma, superviseur national des activités de dépistage actif contre la tuberculose.

Le Dr Mboma estime que le dépistage actif pourrait être "une contribution majeure dans la réponse contre la tuberculose". Il donne aussi l'exemple de la prison centrale de Kikwit, où les prisonniers et le personnel administratif avaient accès au dépistage sur la base du volontariat. "En nous appuyant sur la radiographie, les images pathologiques (...) sont analysées grâce aux machines GeneXpert et nous donnent immédiatement les résultats", précise le Dr Mboma.