Cinq choses à savoir sur la tuberculose

Détrônée récemment par le Covid-19 comme première cause de décès par infection, la tuberculose est une maladie bactérienne qui, malgré vaccin et antibiotiques, continue de faire des ravages.

AlloDocteurs Africa
AlloDocteurs Africa
Rédigé le
Un patient atteint de tuberculose multirésistante se rend à la clinique locale de Kuyasa, soutenue par MSF (Khayelitsha, Afrique du Sud) afin d'être suivi et de recevoir un traitement
Un patient atteint de tuberculose multirésistante se rend à la clinique locale de Kuyasa, soutenue par MSF (Khayelitsha, Afrique du Sud) afin d'être suivi et de recevoir un traitement  —  MSF/ Sydelle WIllow Smith

Détrônée récemment par le Covid-19 comme première cause de décès par infection, la tuberculose est une maladie bactérienne qui, malgré vaccin et antibiotiques, continue de faire des ravages dans le monde. Et à l'occasion de la Journée mondiale de cette maladie, célébrée ce 24 mars, on vous révèle cinq choses que vous ne savez pas sur la tuberculose. 

Une origine très ancienne

La famille actuelle du bacille tuberculeux aurait émergé il y a environ 40.000 ans, d'après la paléogénétique, une discipline qui permet de discerner l'évolution génétique d'organismes au cours des siècles. On a longtemps estimé que la tuberculose humaine découlait de la tuberculose bovine et qu'elle était passée à l'homme lors de l'apparition de l'élevage au néolithique. 

Mais des études récentes ont montré que la tuberculose préexistait chez l'homme avant qu'il ne domestique du bétail. Des traces de tuberculose ont été relevées sur des restes humains vieux de 11.000 ans.

Un vaccin centenaire

C'est l'Allemand Robert Koch qui en 1882 met en évidence le bacille responsable de la tuberculose. Rapidement ce dernier s'attelle à l'élaboration d'un sérum curatif. Mais c'est un échec. Il faut attendre 1921 pour que le premier vaccin efficace, le BCG, soit mis au point par deux scientifiques de l'Institut Pasteur, Albert Calmette et Camille Guérin. 

Un siècle plus tard ce vaccin est toujours utilisé et s'avère encore très efficace pour protéger les enfants mais présente des résultats plus contrastés pour les formes de tuberculose affectant les adultes. Dans de nombreux pays africains, ce sérum est obligatoire pour les enfants. En parallèle, un nouveau vaccin contre la tuberculose est en essai dans certaines zones du continent. 

Des antibiotiques moins efficaces

Après la Seconde Guerre mondiale, la découverte de la streptomycine puis de plusieurs autres antibiotiques, permettent de combattre efficacement les tuberculoses pulmonaires qui se déclarent en particulier chez les adultes. 

Mais des souches du bacille de Koch résistantes à ces médicaments finissent par apparaître, ce qui contraint les médecins à utiliser des cocktails d'antibiotiques pour museler efficacement la bactérie, et à appliquer leur traitement sur plusieurs mois. Des multirésistances finissent malgré tout par apparaître, souvent en raison d'une mauvaise observance (traitements mal dosés ou pas suffisamment longs) jusqu'à provoquer des échecs thérapeutiques.

Deuxième cause de décès par infection

La tuberculose a été en 2020 la deuxième cause de décès par maladie infectieuse dans le monde, avec 1,5 million de morts, selon les derniers chiffres disponibles de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Jusqu'à présent, cette infection affichait le bilan humain mondial le plus lourd, devant le sida (680.000 morts en 2020, estimation Onusida). 

Elle a été détrônée par un nouveau venu, le Covid-19 qui a fait plus de 1,8 million de morts en 2020. La tuberculose est parallèlement une cause majeure de décès chez les séropositifs. Contrecoup de la désorganisation globale des soins liée à la pandémie de Covid-19, le nombre de morts par tuberculose a recommencé à progresser: +7% en 2020. 

Source : AFP