La Centrafrique se mobilise contre violences faites aux femmes

Une campagne de 16 jours vient d’être lancée dans la capitale Bangui, par la ministre de la Promotion du Genre, de la Protection de la Femme de la Famille et de l’Enfant.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le
A Bangui, de nombreuses femmes sont victimes de violences
A Bangui, de nombreuses femmes sont victimes de violences  —  sandis sveicers / Shutterstock

Mettre fin aux violences perpétrées contre les femmes. C’est l’objectif annoncé de Marguerite Ramadan, la ministre centrafricaine de la Promotion du Genre, de la Protection de la Femme, de la Famille et de l’Enfant. Pour y arriver, elle a lancé il y a quelques jours, à Bangui, la campagne des 16 Jours d'activisme contre la violence basée sur le genre. L'occasion d'appeler à l’action pour prévenir et éliminer la violence à l’égard des femmes et des filles. Cette campagne intervient à l'heure où le prix Nobel de la paix, le Dr Denis Mukwege, lance un appel à "la fin de l'impunité".

"Les violences basées sur le genre, qu’elles soient commises en situation de paix, de guerre ou de post-conflit, interpellent tout le monde à cause de leur gravité. Ainsi, la lutte contre ce fléau constitue une préoccupation majeure pour la communauté tant nationale qu’internationale", explique Marguerite Ramadan.     

Entre 2016 et 2020, plus de 51.000 cas de violences basées sur le genre ont été enregistrés. Toujours selon la ministre, les violences faites aux Centrafricaines trouvent leur origine dans les inégalités construites et entretenues pendant longtemps entre les femmes et les hommes. 

 Source : Agence Centrafricaine de Presse (ACAP)