Les personnes touchées par l’hypertension artérielle (HTA) sont en constante augmentation
Les personnes touchées par l’hypertension artérielle (HTA) sont en constante augmentation

Hypertension, diabète... des soins pris en charge pour tous les Ivoiriens

Bonne nouvelle, le chef de service contrôle et prestations de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM), Dr Oumar Coulibaly, a annoncé l’intégration prochaîne du diabète et de l’hypertension artérielle dans le panier de soins de la Couverture maladie universelle (CMU). De quoi améliorer la prise en charge de nombreux Ivoiriens.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le

Il était temps ! Alors que le diabète et l’hypertension artérielle font des ravages en Côte d'Ivoire, ces maladies chroniques - qui augmentent le risque de mourir du Covid-19 - viennent d'être intégrés au panier de soins de la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM). Une bonne nouvelle, quand on sait que le coût du traitement du diabète ou de l'hypertension est hors de prix sur le sol ivoirien. Cette mesure qui devrait soulager des dizaines de milliers d'Ivoiriens sera effective avant la fin de cette année ou, au plus tard, la fin du premier trimestre de l’année 2022.

A ce jour, le panier de soins de la couverture maladie universelle (CMU) prend en compte 617 des pathologies les plus récurrentes au pays. Il comprend les consultations, les examens paracliniques, les urgences, les hospitalisations et mises en observation, les interventions chirurgicales et les médicaments. C’est ainsi que les assurés payent leurs tickets modérateurs qui est de 30% du montant des tarifs des actes couverts par la CMU, précise le Dr Coulibaly. 

Des gestes simples pour prévenir l'hypertension

L'hypertension artérielle est l'une des maladies du siècle en Afrique. Selon certaines estimations, 40% de la population adulte du continent serait hypertendue. De quoi s'inquiéter, quand on sait que l'hypertension est également l’un des facteurs de risque important dans l’apparition d’un diabète de type 2, bien souvent détecté tardivement. 

Très souvent, l’hypertension ne présente aucun symptôme, c’est pourquoi on l’appelle le "tueur silencieux".
Les principaux symptômes qui peuvent vous alerter :
•    troubles visuels (papillons  devant les yeux)
•    saignements de nez
•    bourdonnements d’oreille
•    maux de tête (au réveil notamment), difficultés de concentration
•    douleur dans la poitrine
•    palpitations
•    essoufflement

La meilleure façon de prévenir l’hypertension artérielle est, comme pour le diabète, de modifier ses habitudes de vie et de suivre certaines règles hygiéno-diététiques. Ces mesures constituent la base nécessaire du traitement et permettent de retarder la prise de médicaments, voire même parfois de l’éviter. Voici ces règles d'or : 

1/ Diminuer la consommation de sel : Consommé en excès, le sel est néfaste pour le système cardiovasculaire et le diabète car il augmente la pression artérielle. Cet excès de sel est dû en majorité à son utilisation trop importante par l’industrie agro-alimentaire. En effet, les plats cuisinés, les biscuits, les céréales, les soupes et même le pain du boulanger, en contiennent bien plus que nécessaire. 
2/ Manger équilibré : L'équilibre alimentaire est au cœur du traitement. Il est préférable de limiter votre consommation de mauvaises graisses (comme les graisses animales ou l’huile de palme), de sel et de café (4 cafés caféinés/jour maximum), au profit d’une consommation de 5 fruits et légumes par jour minimum. Tentez de manger du poisson gras 2 à 3 fois par semaine (comme le maquereau, la sardine, ou le saumon).
3/ Changer le mode de vie : Au-delà de l’alimentation, il faut également effectuer quelques changements dans votre mode de vie. La pratique d’une activité physique régulière est très importante, tout comme l’arrêt du tabac et de l’alcool. Il est important d’éviter également le stress en pratiquant des activités telles que la méditation, le yoga, et/ou la sophrologie.

Mais attention, dans certains cas, un traitement médicamenteux peut être indispensable. Le choix du traitement se fait, en fonction du stade de la maladie, de son évolution et du profil du patient, en alliant efficacité et bonne tolérance. D'où la nécessité de consulter rapidement un médecin, si vous avez des symptômes ou le moindre doute.