Le président ivoirien reprend ses activités, à l'heure où le pays est menacé par Ebola (photo d'illustration)
Le président ivoirien reprend ses activités, à l'heure où le pays est menacé par Ebola (photo d'illustration)

Guéri du Covid-19, Alassane Ouattara demande aux Ivoiriens de se faire vacciner

Après avoir été en contact avec une personne ayant contracté le coronavirus, le président ivoirien Alassane Ouattara sort d'un confinement de deux semaines.

AlloDocteurs Africa
Rédigé le

De retour aux commandes du pays après sa convalescence, Alassane Ouattara exhorte "l'ensemble des Ivoiriens ainsi que les populations vivant en Côte d'Ivoire à se faire vacciner et à continuer de respecter les mesures barrières afin de lutter contre cette pandémie". Un message très important, alors que moins de 2% de la population africaine est entièrement vaccinée. Ce qui oblige parfois les autorités à détruire des doses en raison du manque d'infrastructures pour les administrer ou d'une réticence à la vaccination.

En contact avec un cas positif, Ouattara s'était confiné le 3 août, "conformément au recommandations sanitaires en la matière", indique un communiqué de la présidence publié mercredi soir. Tout juste sorti d'un confinement de deux semaines au cours duquel il a été testé positif au Covid-19 puis négatif, Ouattara reprend ses activités.

Une crise sanitaire qui ne faiblit pas

Relativement peu touchée par le Covid-19 depuis son apparition en Afrique, la Côte d'Ivoire assiste tout de même à une hausse sensible des cas de contamination ces dernières semaines. Ce mercredi, 253 nouveaux cas ont été enregistrés, portant à 52.836 le nombre de cas confirmés dont 369 mortels depuis le début de la pandémie en 2020, selon le ministère de la Santé.

Il y a quelques semaines, le chef d'Etat avait salué les efforts du gouvernement du Premier ministre, Patrick Achi et l’ensemble des acteurs impliqués dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. Il s’était réjoui du million de doses de vaccin anti-Covid administrées sur le sol ivoirien et de la bonne prise en charge des patients. Autant d'éléments qui ont permis, selon Ouattara, d’avoir l'un des taux de mortalité les plus bas au monde. Mais à l'heure où le pays vit depuis peu sous la menace d'Ebola, la prudence est de mise.