Grève nationale des infirmiers marocains

Alors que le nouveau projet de loi concernant la fonction publique tarde à venir, les infirmiers marocains appellent à une grève nationale.

Sabrina El Faïz
Rédigé le , mis à jour le
Les infirmiers marocains posent le tablier pour faire valoir leurs revendications
Les infirmiers marocains posent le tablier pour faire valoir leurs revendications  —  DR

Il fallait s'y attendre ! Tous les centres de santé et les services hospitaliers, hormis ceux des urgences et de réanimation, ont été appelés par le Syndicat indépendant des infirmiers à se mettre en grève les 11 et 12 novembre prochains. Une mauvaise nouvelle, à l'heure où la crise sanitaire se transforme en crise sociale avec de nombreuses protestations contre le pass vaccinal.  

Le communiqué du Syndicat annonce que les grèves auront lieu devant le siège des ministères de la Santé et de la Protection Sociale ainsi que celui de l'Economie et des Finances. La raison de cette mobilisation concerne le tant attendu projet de loi relatif à la fonction publique de la santé qui n'a toujours pas vu le jour. 

Le Syndicat exige un débat

Pour faire valoir ses revendications socioprofessionnelles, le Syndicat espère débattre avec les autorités sur le projet de loi de service public de santé avant la validation de ce dernier. Il profite aussi de son communiqué pour appeler au règlement des salaires nouvellement recrutés, tout comme il s'oppose à la politique de "contractualisation" dans le secteur infirmier et des techniciens de la santé. 

Face à cette situation, les autorités doivent réagir. Car les inégalités d'accès aux soins observées depuis l'apparition du Covid-19 sur le sol marocain exigent un renforcement des ressources humaines dans le secteur de la santé publique. Elles révèlent aussi l'importance d'améliorer le statut de tous les soignants pour les mobiliser et les empêcher de céder aux sirènes de l'étranger.