Faux médicaments : le trafic continue en Côte d'Ivoire

A Abidjan, le trafic de faux médicaments continue de prospérer. Une nouvelle saisie de traitements de qualité inférieure prouve l'ampleur de ce marché mortel en Côte d'Ivoire et en Afrique.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
Le ministre de la Santé, le Dr Aka Aouélé Eugène, multiplie les descentes pour mettre fin au trafic de faux médicaments
Le ministre de la Santé, le Dr Aka Aouélé Eugène, multiplie les descentes pour mettre fin au trafic de faux médicaments

Les jours se suivent et les saisies s'enchainent ! En Côte d'Ivoire, le ministère de la Santé et de l'Hygiène publique a fait une descente inopinée au marché d'Adjamé Roxy, à Abidjan. Résultat, 3 tonnes de faux médicaments ont été saisis.

Face à cette situation, le Dr Aka Aouélé, ministre de la Santé et de l'Hygiène publique, promet des changements : "Nous allons faire des propositions pour changer totalement la stratégie. Il y va de la santé des populations. J’ai mal au cœur en voyant cela. Très prochainement, si ma proposition est validée, vous verrez comment nous allons procéder". Pourtant, ce n'est pas la première fois que des faux médicaments sont saisis au marché de Roxy. Rien qu'en décembre dernier, plus de quatre tonnes de faux médicaments a été saisie. Plus tôt, en mai 2019, les autorités ont même réussi à mettre la main sur près de 200 tonnes de médicaments illicites. 

Alors que quelques pays africains ont décidé de criminaliser le trafic de faux médicaments, la Côte d'Ivoire semble être en retard dans la riposte. A tel point que les trafiquants n'ont pas peur d'étaler ces médicaments de qualité inférieure - qui tuent plus de 100.000 Africains par an - dans les marchés de la capitale ivoirienne. Jusqu'à quand ?