L'Algérie tente d'accélérer sa campagne de vaccination anti-Covid (Illustration)
L'Algérie tente d'accélérer sa campagne de vaccination anti-Covid (Illustration)

Face au Covid-19, l'Algérie rêve toujours d'une immunité collective

Jugée comme l'objectif à atteindre, l'immunité de groupe séduit les autorités algériennes qui tentent d'accélérer la campagne de vaccination contre le Covid-19.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le

Tout le monde est mobilisé. Après de nombreux mois de passivité, les autorités algériennes et la population espèrent une vaccination de masse. Si le gouvernement s'est fixé pour objectif de vacciner 70% des Algériens avant la fin de l'année, l'objectif reste ambitieux, à l'heure où environ 14 millions de personnes ont reçu la première dose d'un vaccin contre le Covid-19. A ce stade, moins de 10% de la population est totalement vaccinée. Un niveau toujours éloigné du seuil d'immunité collective.

L’immunité collective correspond à la proportion de la population qui doit être vaccinée pour qu’il n’y ait plus de risque d’épidémie dans la population. Mais cette proportion dépend de la transmissibilité du virus. Depuis l'apparition des variants, on a besoin de vacciner beaucoup plus. Selon le président de l'Agence nationale de la sécurité sanitaire, Kamel Senhadji, il faudrait vacciner plus de 35 millions d'individus pour atteindre l'immunité collective contre le Covid-19. 

Le rêve d'immunité est toujours là

Mais depuis que l'Algérie a commencé sa production de vaccins contre le Covid-19 sur son territoire, tous les espoirs sont permis. Car jusque-là, le pays dépendait des importations de vaccins anti-Covid. Aujourd'hui, il voit grand. 

Le ministre algérien de l'Industrie pharmaceutique espère que la production de CoronaVac, la version algérienne du vaccin chinois Sinovac, atteindra les cinq millions de doses mensuelles en janvier prochain. De quoi accélérer la vaccination de la population et, à terme, exporter ce vaccin vers le reste de l'Afrique. Si bien que le directeur général de l'Institut pasteur d'Algérie (IPA), Fawzi Derrar, estime que l'Algérie est en mesure de vacciner 20 millions de personnes en 3 mois. De son côté, Kamel Senhadji estime que le rythme de vaccination devrait atteindre les 200.000 personnes/jour pour atteindre l'immunité collective.