En RDC, Médecin sans frontières cède du terrain à l'Est

Médecins sans frontières est contraint de quitter le territoire de Fizi, à l'Est de la RDC. Des attaques répétées rendent le travail de l'ONG impossible.

Alicia Mihami
Rédigé le , mis à jour le
L'insécurité dans le Sud-Kivu pousse les ONG à quitter le terrain (Image d'illustration)
L'insécurité dans le Sud-Kivu pousse les ONG à quitter le terrain (Image d'illustration)

Mauvaise nouvelle pour la RDC ! L’ONG Médecins sans frontières (MSF) a annoncé mardi qu'elle mettait fin à ses activités dans un territoire de la province du Sud-Kivu, dans l'Est de la République démocratique du Congo. En cause : l'insécurité croissante pour ses personnels.

"MSF a pris la difficile décision de mettre fin à l’essentiel de son soutien à la fourniture de soins de santé à Kimbi et Baraka, dans le territoire de Fizi", indique l'ONG dans un communiqué. Cette décision intervient "à la suite de plusieurs incidents violents contre l'organisation en 2020", ajoute le communiqué. 

Insécurité grandissante

L’insécurité à l’est de la RDC n’est pas nouvelle ! Mais suite à l’enlèvement d’une expatriée fin juin, l’ONG a jugé que sa présence sur le terrain était trop risqué. "L'activité sans cesse croissante des groupes criminels armés dans tout l'est de la RDC conduit à des violences et des attaques continues, y compris des assassinats ciblés et des actes odieux, notamment de violences sexuelles", déplore MSF dans un communiqué.

L'ONG a annoncé qu’elle transférerait ses activités dans des locaux du ministère de la Santé. La République démocratique du Congo reste le pays où MSF intervient le plus souvent, avec le Soudan du Sud. Ce départ est une mauvaise nouvelle pour les populations sur place, notamment les survivants de violences sexuelles.