La pandémie de coronavirus se propage en Afrique (Illustration)
La pandémie de coronavirus se propage en Afrique (Illustration)

En Afrique, 80% des pays risquent de ne pas atteindre l'objectif de la vaccination anti-Covid

Huit pays sur dix en Afrique risquent de manquer l'objectif fixé au niveau mondial consistant à vacciner 10% des groupes les plus vulnérables contre le Covid-19 d'ici fin septembre, estime le bureau régional de l'OMS pour l'Afrique.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le

La situation est inquiétante ! Alors que les campagnes de vaccination contre le coronavirus patinent sur le continent africain, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que 42 des 54 pays d’Afrique risquent de ne pas atteindre l'objectif consistant à vacciner 10 % des groupes les plus vulnérables contre le Covid-19 avant la fin du mois de septembre. A ce stade, seuls neuf pays africains, dont l'Afrique du Sud, le Maroc, la Tunisie, ont déjà atteint cet objectif, alors que trois autres sont en bonne voie et que deux "pourraient y parvenir s’ils augmentent le rythme des vaccinations".

"L’accaparement des vaccins a retardé l’Afrique et nous avons besoin de toute urgence d’un nombre accru de vaccins", a déclaré lors d'un briefing hebdomadaire Matshidiso Moeti, directrice régionale Afrique de l’OMS. Cependant, a-t-elle ajouté, "à mesure que de nouvelles doses arrivent, les pays africains doivent accentuer leurs efforts".

Une iniquité troublante

Depuis l'apparition du Covid-19 sur le continent africain, plus de 143 millions de doses ont été reçues. Mais à l'heure où ces lignes sont écrites, seulement 39 millions de personnes sont entièrement vaccinées, soit à peine 3 % de la population. En comparaison, 52 % de la population est entièrement vaccinée aux États-Unis d’Amérique et 57 % de la population est entièrement vaccinée dans l’Union européenne.

"L’iniquité est extrêmement troublante. Seulement 2 % des plus de cinq milliards de doses administrées dans le monde l’ont été en Afrique. Cependant, les récentes augmentations d’expéditions de vaccins et les engagements de plus en plus nombreux sont bien la preuve qu’une distribution plus équitable et plus juste des vaccins à l’échelle mondiale est possible", rappelle la Dre Moeti. 

Source : AFP & OMS