Ebola : pour lutter contre les futures épidémies, une réserve mondiale de vaccins va voir le jour

Alors que la République démocratique du Congo a récemment vaincu deux épidémies d'Ebola, une réserve d'urgence mondiale de 500.000 doses de vaccin contre le virus Ebola sera créée pour répondre rapidement à de futures épidémies.

AlloDocteurs Africa
AlloDocteurs Africa
Rédigé le , mis à jour le
Au centre de santé de Beni, l'heure est à l'urgence
Au centre de santé de Beni, l'heure est à l'urgence

Mieux vaut prévenir que guérir ! La Gavi, l'alliance pour les vaccins, annonce qu'elle va créer une réserve mondiale de vaccins pour lutter contre le virus Ebola. Cette réserve sera composée de 500.000 doses de vaccins, et les pays à faible ou moyen revenu pourront y accéder gratuitement, selon l'organisation internationale basée à Genève. Ces pays bénéficieront aussi d'un soutien pour les coûts opérationnels de l'organisation d'un programme de vaccination 

Ce stock de vaccins contre Ebola comprendra des doses produites par la société pharmaceutique américaine Merck. La livraison de ces doses est financée à hauteur de 20 millions de dollars par l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID). Selon Seth Berkley, le directeur général de Gavi, a estimé qu'"en créant un stock de 500.000 doses de vaccin contre Ebola, accessibles à tous les pays, nous pouvons contribuer à prévenir des décès et mettre fin rapidement à des épidémies à l'avenir".

Plus de 300.000 personnes vaccinées en RDC

Le taux de mortalité de la maladie à virus Ebola est d'environ 50%, mais peut atteindre 90% des personnes contaminées lors de certaines épidémies. La maladie se manifeste par une fièvre et des douleurs musculaires suivies de nausées et de diarrhée, d'éruptions cutanées, d'hémorragies internes et externes et d'une défaillance rénale. 

Au cours d'épidémies d'Ebola dans les provinces du Nord Kivu et de l'Ituri, en République démocratique du Congo, plus de 300.000 personnes ont été vaccinées. Ce qui a mis fin à deux années de crise et permis au pays de déclarer, en novembre dernier, la fin de la dernière épidémie de cette foudroyante maladie sur son territoire

Un vaccin développé rapidement

Le développement du vaccin contre Ebola a été accéléré après la pire épidémie de cette maladie particulièrement meurtrière, qui avait commencé en décembre 2013 en Guinée et s'était propagée au Libéria et à la Sierra Leone. L'épidémie avait fait plus de 11.300 morts sur près de 29.000 cas enregistrés, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui avait déclaré la fin de cette épidémie en mars 2016.

La mise au point rapide du vaccin contre Ebola, dans le cadre d'accords entre Gavi et le fabriquant, a "créé un précédent pour le développement et la production accélérées de vaccins contre le Covid-19", a souligné Seth Berkley.