Pour lutter contre Ebola, une nouvelle campagne de vaccination vient de commencer en RDC
Pour lutter contre Ebola, une nouvelle campagne de vaccination vient de commencer en RDC

Ebola : le deuxième vaccin arrive en RDC

Un deuxième vaccin contre l'épidémie de maladie à virus Ebola vient d'être introduit ce jeudi à Goma dans l'est de la République démocratique du Congo.

AlloDocteurs Africa
Rédigé le

C'est la course aux vaccins ! Quelques jours après l'homologation officielle du premier sérum contre la maladie à virus Ebola, un deuxième vaccin a été introduit à titre expérimental, aujourd'hui, dans l'est de la RD Congo. C'est l'ONG Médecins sans frontière (MSF) qui va gérer la mise en œuvre en collaboration avec le ministère de la Santé et l’Institut National de Recherche Biomédicale.

Avec ce nouveau vaccin, MSF veut cibler "50.000 personnes sur une période de quatre mois", alors que 23.000 doses viennent d'être livrées en RDC, selon les chiffres de l'ONG. La campagne de vaccination, qui vient de démarrer dans deux centres d'injection des doses du laboratoire américain Johnson & Johnson (J&J) à Goma, consiste à vacciner à deux reprises tout le monde. 

"Après avoir reçu la première dose du vaccin, les participants seront invités à se présenter de nouveau deux mois plus tard pour une deuxième injection", a précisé MSF dans un communiqué. 

Aucun cas à Goma

Aucun nouveau cas de fièvre Ebola n'a cependant été signalé à Goma depuis le mois d'août. L'épicentre de l'épidémie se situe toujours à 350 km au nord, dans la région de Beni-Butembo, avec des risques de déplacements vers la province voisine de l'Ituri.

Déclarée le 1er août 2018, cette 10e épidémie de fièvre hémorragique sur le sol congolais a tué près de 2200 personnes, pour plus de 1000 guérisons. Il s'agit de la deuxième épidémie la plus grave de l'histoire après celle d'Afrique de l'Ouest en 2014 (11.000 morts au Liberia, Sierra Leone et Guinée).

C'est aussi la première fois que des vaccins sont utilisés à titre expérimental, sans autorisation préalable de mise sur le marché pour prévenir la maladie qui se traduit par des poussées de fièvre, des diarrhée, des hémorragies. Depuis que l'épidémie a été déclarée, plus de 250.000 personnes ont été vaccinées par le premier vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe américain Merck Shape and Dohme.