La vaccination contre Ebola commence aujourd'hui en Guinée (photo d'illustration)
La vaccination contre Ebola commence aujourd'hui en Guinée (photo d'illustration)

Ebola : la vaccination commence à Conakry et en Guinée forestière

Quelques heures après l'arrivée des premières doses de vaccin contre Ebola, la Guinée s'apprête à lancer une campagne de vaccination contre ce mal qui a déjà fauché la vie de 5 personnes sur le territoire.

AlloDocteurs Africa
Rédigé le , mis à jour le

On l'espérait, elles sont arrivées ! Plus de 11.000 doses de vaccin contre la fièvre hémorragique Ebola ont été réceptionnées, ce lundi, par les autorités guinéennes. Ces vaccins, qui étaient bloqués sur le sol sénégalais à cause de conditions climatiques difficiles, devraient permettre à la Guinée de commencer dès aujourd'hui la vaccination contre ce mal.

La vaccination est prévue à partir de ce mardi à Conakry et en Guinée forestière, là où cette maladie infectieuse a tué au moins cinq personnes à ce stade. Cette première résurgence d'Ebola en Afrique de l'Ouest depuis l'épidémie de 2013-2016 qui a causé plus de 11.300 décès, principalement en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, inquiète. Toujours aux prises avec le coronavirus (Covid-19), les différents voisins de la Guinée, à l'image du Sénégal ou de la Côte d'Ivoire, sont actuellement en état d'alerte face à la menace de l'épidémie. 

Un virus très contagieux

Le virus Ebola se transmet à l'homme par des animaux infectés. La transmission humaine se fait par les liquides corporels, avec pour principaux symptômes des fièvres, vomissements, saignements, diarrhées. Il y a quelques jours, de nouveaux cas d'Ebola ont aussi été identifiés en République démocratique du Congo (RDC).

Pour accélérer la campagne de vaccination anti-Ebola, les autorités s'apprêtent à recevoir 8.700 doses supplémentaires en provenance des Etats-Unis. Rappelons que le premier vaccin contre la fièvre hémorragique Ebola a été commercialisé fin 2019. Nommé Everbo, ce vaccin est très efficace selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), notamment contre la souche Zaïre, qui est à l'origine de la récente épidémie en République démocratique du Congo (RDC) et de celle de 2013 à 2016 ayant entrainé plus de 11.300 décès en Afrique de l'Ouest.