Covid-19 : Hausse des cas, variants... Pourquoi la situation sanitaire inquiète en Algérie

L'Algérie a dépassé mercredi la barre des 500 contaminations quotidiennes, pour la première fois depuis novembre 2020, alors que le pays le plus peuplé du Maghreb craint de plus en plus une nouvelle vague de Covid-19.

La rédaction d'Allo Docteurs Africa avec AFP
La rédaction d'Allo Docteurs Africa avec AFP
Rédigé le , mis à jour le
Les rues d'Alger pourraient bientôt afficher un visage inhabituel (Illustration)
Les rues d'Alger pourraient bientôt afficher un visage inhabituel (Illustration)

Il se propage de plus en plus vite. Alors quelques semaines de baisse, le SARS-CoV-2, le virus responsable du Covid-19, refait des ravages en Algérie. Selon le communiqué quotidien du ministère de la Santé, 585 infections ont été enregistrées en 24 heures, ce qui porte à 143.032 le nombre total de cas officiellement déclarés de Covid-19. Depuis l'enregistrement du premier cas le 25 février 2020, 3.786 décès ont été recensés en Algérie.

Mais nombre de contaminations est en forte hausse depuis plusieurs semaines, avec la multiplication des variants Delta et Alpha. Les médecins évoquent une troisième vague de contamination et multiplient les appels au respect des gestes barrières et à la vaccination. 

Des Algériens réticents aux vaccins

Des chapiteaux ont été installés dans différents quartiers de la capitale, Alger, qui enregistre le plus grand nombre de contaminations, afin de vacciner la population. Mais beaucoup d'Algériens restent réticents face aux vaccins alors que la campagne de vaccination a commencé le 30 janvier. Contrairement aux voisins marocains et tunisiens, les autorités algériennes n'ont pas communiqué sur le nombre de personnes déjà vaccinées.

Après près de 15 mois de fermeture, l'Algérie a rouvert partiellement ses frontières le 1er juin en imposant un confinement de cinq jours aux personnes entrant sur son territoire. La situation sanitaire en Algérie -- 44 millions d'habitants -- reste néanmoins officiellement maîtrisée par rapport à celle de la Tunisie voisine (12 millions), où la propagation du Covid-19 atteint des niveaux jusque là inédits dans le pays.