Légende de la musique africaine, ambassadeur de l’afro-jazz, Manu Dibango vient de nous quitter
Légende de la musique africaine, ambassadeur de l’afro-jazz, Manu Dibango vient de nous quitter

Coronavirus : Manu Dibango, légende de l'afro-jazz, vient de nous quitter

Manu Dibango, saxophoniste et légende de l'afro-jazz, est décédé des suites du Covid-19.

Badr Kidiss
Rédigé le

Le monde de la musique est en deuil. Manu Dibango, saxophoniste et légende de l'afro-jazz, est décédé des suites du Covid-19 à 86 ans, a indiqué mardi à l'AFP Thierry Durepaire, gérant des éditions musicales de l'artiste camerounais.

L'auteur d'un des plus grands tubes planétaires de la musique world, "Soul Makossa" (1972), est la première célébrité mondiale à décéder des suites d'une contamination au coronavirus. "Il est décédé au petit matin, dans un hôpital de la région parisienne", précise Durepaire. 

"Les obsèques auront lieu dans la stricte intimité familiale, et un hommage lui sera rendu ultérieurement dès que possible", peut-on lire sur la page Facebook de l'artiste, tenue par son entourage.

Soul Makossa, l'un des plus gros tubes planétaires

"Soul Makossa", le morceau qui l'a fait naître, a connu un étonnant destin. Ce n'était au départ que la face B d'un 45 tours dont le titre phare était un hymne pour l'équipe de foot du Cameroun à l'occasion de la Coupe d'Afrique des Nations.

Repéré par des DJs new-yorkais, le titre a connu mille vies. Manu Dibango avait même accusé Michael Jackson de plagiat sur un morceau de l'album "Thriller". Un accord financier avait finalement été trouvé.