Le variant sud-africain pourrait résister au vaccin anti-Covid (photo d'illustration)
Le variant sud-africain pourrait résister au vaccin anti-Covid (photo d'illustration)

Coronavirus : Le variant sud-africain fait son apparition au Cameroun

Alors que le Cameroun fait face à une augmentation du nombre de contaminations au coronavirus (Covid-19), le variant sud-africain serait déjà présent au pays.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le , mis à jour le

La situation se complique au Cameroun. Le Centre de Recherche sur les Maladies Emergentes et Re-Emergentes (CREMER) a annoncé le VOC 2, appellation scientifique du variant sud-africain du Covid-19 est "présent au Cameroun depuis au moins le 15 Janvier de cette année". Mais pour l'heure, les autorités sanitaires n'ont pas encore réagi à cette annonce. 

Si cette information est confirmée par le ministère de la Santé, il y'a de quoi s'inquiéter. Car cette souche semble, sous sa forme actuelle, poser un problème de contagiosité accrue et de résistance aux vaccins. Plusieurs études convergent en effet pour dire que le variant sud-africain (appelé 501Y.V2 ou du nom de sa lignée B.1.351) semble réduire l'efficacité des vaccins, notamment à cause de la fameuse mutation E484K. Face à cette situation, le CREMER - qui est dirigé par le médecin colonel Eitel Mpoudi Ngolé - recommande “une surveillance plus accrue des variants du SARS-CoV2 au Cameroun". 

Une campagne de vaccination très attendue

Alors que le Cameroun fait face à une deuxième vague de coronavirus plus virulente que la précédente, le pays espère toujours recevoir les vaccins promis par le dispositif Covax de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Le ministre de la Santé a tout de même annoncé que les premières doses des vaccins anti-Covid allaient venir "dans les prochains jours". Il s'agit d'un million de doses du sérum d'AstraZeneca et l'université Oxford. 

Mais à l'heure où de nombreux pays européens ont suspendu l'usage du vaccin d'AstraZeneca suite à l'apparition de formes graves de caillots sanguins, les Camerounais ont peur de ce vaccin. Beaucoup n'en veulent pas et refusent d'être "cobayes". De nombreux messages évoquant des théories du complot sont régulièrement partagés dans les réseaux sociaux. Pourtant, la vaccination massive est pourtant indispensable pour que les Camerounais puissent être immunisés contre le SARS-CoV-2, le virus responsable du Covid-19.