Coronavirus : au Cameroun, l'harmattan pourrait augmenter le nombre de cas

Au Cameroun, le nombre de cas actifs est de 2.200. Un nombre en augmentation au vu des chiffres des derniers jours, selon le ministre de la Santé, Manaouda Malachie. Les Camerounais devront redoubler de vigilance face au Covid-19 et mieux respecter les gestes barrières, vu que l’harmattan avec son vent sec ne peut qu'aggraver la situation.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le , mis à jour le
Le vent sec de l'harmattan fragilise les muqueuses (photo d'illustration)
Le vent sec de l'harmattan fragilise les muqueuses (photo d'illustration)

Alerte dans le septentrion camerounais. La direction de la météorologie du ministère des Transports met en garde contre les effets d'une tempête de poussière sur la santé des populations des régions septentrionales. Dans un bulletin d'avertissement publié le 17 Février, elle prévoit que “des vents modérés d’environ 8 à 9 mètres par seconde dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord et de l’Adamaoua, y transportant d’importantes quantités de poussière d’environ 500 à 800 microgrammes par mètre cube dans l’Extrême-Nord et moins dans le reste de la partie septentrionale. Ces particules de poussière en suspension réduiront la visibilité et détérioreront la qualité de l’air“, précisent les experts.  

La météo camerounaise précise que l'"énorme panache de poussière" transporté par l'harmattan peut être à l'origine de différentes maladies, comme la bronchite, la grippe ou encore la méningite à méningocoques. Car avec son vent sec, l'harmattan assèche et fragilise les muqueuses. De quoi pousser les autorités à craindre une augmentation du nombre de contaminations au SARS-CoV-2, le virus responsable du Covid-19. 

Comment se protéger 

En attendant la mise en place des mesures à adopter durant cette période, le ministre de la Santé, Manaouda Malachie, estime que "la situation recommence à devenir préoccupante". A l'heure où le Cameroun attend toujours les doses de vaccins promis par le mécanisme Covax de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Malachie rappelle qu'il faut "scrupuleusement respecter les 13 mesures édictées par le Chef de l’Etat, qui n’ont d’ailleurs pas été abrogées". 

Si l'harmattan est un vent "méchant" qui menace la santé, plusieurs recommandations permettent de réduire les risques de maladies respiratoires. Il est ainsi conseillé de : 

  • Porter des masques et limiter au maximum votre exposition à la poussière 
  • Limiter votre consommation de cigarettes
  • Boire beaucoup d'eau