Le séquençage du virus est important pour contrôler l'épidémie  (photo d'illustration)
Le séquençage du virus est important pour contrôler l'épidémie (photo d'illustration)

Ce que l'on sait sur le variant Delta, détecté pour la première fois au Cameroun

Quatorze personnes ont été testées positives au variant Delta. Une première au Cameroun. Que faut-il savoir de ce variant qui ne cesse de gagner du terrain en Afrique ?  Les détails

Arnaud Ntchapda
Rédigé le , mis à jour le

Il est finalement apparu au Cameroun. Le variant Delta, qui fait des ravages dans le monde depuis plusieurs semaines, a été détecté pour la première fois à Douala et Yaoundé. AlloDocteurs Africa fait le point sur ce que l'on sait à ce jour de cette nouvelle souche inquiétante du Covid-19. 

Il est né en Inde

Le variant indien, que l'on appelle variant Delta, gagne du terrain sur le continent africain. Cette mutation du Sars‑CoV-2, a été détectée pour la première fois en Inde à la fin 2020. Depuis, cette lignée du Covid-19 s'est propagée dans les quatre coins du monde, et elle a été signalée dans une vingtaine de pays africains.

Au Cameroun, le Centre Pasteur a identifié 14 cas positifs au variant Delta dans les villes de Yaoundé et Douala. Mais le faible nombre d'échantillons séquencés ne permet pas d'extrapoler ces résultats au niveau national. Si séquencer et partager le génome d’un virus permet de mieux suivre l’épidémie et de retracer le chemin de certaines souches, le Cameroun ainsi que de nombreux pays africains n'ont pas les moyens de jouer le jeu. 

Il est (beaucoup) plus dangereux que les variants précédents

On sait aujourd'hui que le variant Delta se propage beaucoup plus vite que les souches précédentes du Covid-19. Selon une étude publiée dans la revue Virological, des chercheurs chinois ont prouvé que la charge virale (qui permet d'évaluer la quantité de virus par millilitre de sang) des patients contaminés par ce variant est 1.260 fois plus grande que celle des patients touchés par la première vague du virus en 2020.

Face à cette menace, les autorités camerounaises appellent la population à se vacciner. Car si, selon plusieurs études, les vaccins sont un peu moins performants contre le variant Delta que contre le variant Alpha et la souche historique, ils conservent un niveau d'efficacité élevé, à condition d'avoir reçu les deux doses. Selon des données dévoilées par les autorités britanniques, la vaccination avec Pfizer/BioNTech ou AstraZeneca est aussi efficace pour empêcher les hospitalisations quand il s'agit du variant Delta que quand il s'agit du variant Alpha.