Prise en charge d'un enfant aux pieds bots . Credit photo Benoît NKAMA  par Marinette Nguimfack S.
Prise en charge d'un enfant aux pieds bots . Credit photo Benoît NKAMA par Marinette Nguimfack S.

Cameroun : Une consultation gratuite pour les personnes qui souffrent de pieds bots

Les consultations médicales ont été négligées depuis l'arrivée du Covid-19 sur le sol camerounais. C’est la raison pour laquelle l'hôpital de district de Deido, à Douala, offre une consultation gratuite aux personnes qui souffrent de pieds bots.

Marinette Nguimfack Standley
Rédigé le , mis à jour le

Chaque année, plus de 170.000 enfants dans le monde naissent avec les pieds bots. Causée notamment par une rétractation de certains muscles et de certains tendons de la jambe, cette déformation orthopédique peut conduire à un handicap permanent. Non traité, le pied bot va s'aggraver tout au long de la vie et exercer des contraintes sur les articulations, des mauvais appuis à la marche, de l'arthrose, des douleurs. Et c'est là où ça pose problème : on estime que 90% des enfants qui souffrent de cette malformation du pied sont nés dans des pays où l’accès au traitement est quasi inexistant. 

Face à cette situation et pour améliorer le suivi médical des personnes qui souffrent de pieds bots, l’hôpital de District de Deido à Douala offre, durant tout le mois de juin, des consultations gratuites aux victimes. 

L’accès à un traitement pas cher

S'il peut être diagnostiqué grâce à une échographie dès le cinquième mois de grossesse, le pied bot peut aussi être soigné très tôt. Même dès la naissance, car les pieds des nouveau-nés sont encore très malléables. Ils ne contiennent pratiquement pas d'os mais du cartilage, sorte de tissu mou. Avec cette campagne de consultations gratuites, l'objectif est de soigner cette malformation qui empêche les enfants de marcher normalement et d'avoir une bonne scolarisation, nous précise le le Dr Benoît Nkama, spécialiste en charge de des pieds bots à l'hôpital de Deido. 

Pour profiter de ces consultations gratuites, il suffit de se déplacer à l'hôpital de Deido du lundi à vendredi, entre 7h30 et 15h30 au Bloc D. 

Sensibiliser et démystifier la malformation

Au Cameroun, il y'a des zones où on ne connait pas les pieds bots, d’après le Dr Nkama : "Beaucoup de familles assimilent encore cette maladie à de la sorcellerie. D’autres, sous l'influence de leur obédience religieuse, croit dur comme fer, que le pied bot est une volonté divine".

C’est le cas de Janet, une infirmière qui croît que l'enfant naît avec un pied bot n'est pas le fruit du hasard."C'est la volonté de Dieu et on doit le laisser ainsi", a-t-elle déclaré le 3 juin dernier au cours d'une conférence débat sur cette terrible malformation. Heureusement, les experts présents sur place ont pu déconstruire cette croyance et tant d'autres. 

Les hôpitaux spécialisés dans la prise en charge des pieds bots à Douala 

A Douala, il existe 3 centres de référence pour la prise en charge des pieds bots. L’Hôpital de district de Deido, l’Hôpital de district de Nylon et l’Hôpital Baptist de Mboppi qui est plus connu sous l’appellation MBingo. Le traitement des pieds bots dans ces centres est à 90% effectué, selon la méthode de Ponseti. D’après notre Kinésithérapeute, c'est la seule méthode efficace à plus de 95 %. Elle consiste à placer une série de plâtres qu'on change tous les 7 jours pendant une durée de 4 à 6 semaines afin de corriger la position du pied déformé. 

Pour éliminer tout handicap lié au pied bot d’ici 2025, le Cameroun a signé le 26 mai dernier un protocole d’accord relatif à la mise en œuvre des services de soins en vue de la prise en charge du pied bot. Dès le 20 juin prochain et jusqu'au 27 juin, la société des kinésithérapeutes de Douala organise des dépistages massifs entre 8h et 19h pour tous les patients dont l’handicap est lié au pied bot.