Les pharmaciens guinéens veulent réserver les médicaments aux pros
Les pharmaciens guinéens veulent réserver les médicaments aux pros

Cameroun : Le ministère de la Santé déplore la mauvaise gestion des produits pharmaceutiques

Au Cameroun, le ministre de la Santé, Manaouda Malachie, exprime son inquiétude sur les mauvaises pratiques observées dans la gestion des produits pharmaceutiques.

Fabrice Beloko
Rédigé le , mis à jour le

Le constate est amer au Cameroun. Depuis la transformation des Centres d’approvisionnement régionaux (CAPR) en Fonds régionaux pour la promotion de la santé (FRPS), de nombreuses non-conformités dans la gestion des produits pharmaceutiques ont été identifiées. Une situation qui inquiète le ministre de la Santé, Manaouda Malachie : "Ces mauvaises pratiques sont de nature à favoriser des ruptures fréquentes des stocks des produits pharmaceutiques dans les formations sanitaires".

Le ministre rappelle que "le statut des FRPS ne les soustrait pas à l’autorité administrative du délégué régional de la Santé publique qui doit veiller au respect des bonnes pratiques de stockage, au respect de la politique pharmaceutique nationale et de la réglementation en vigueur"

Rappel à l’ordre

Pour mettre fin à ces mauvaises pratiques, le ministre prévient que les différents responsables "doivent prioritairement s’approvisionner à la Centrale nationale d’approvisionnement en médicaments et consommables médicaux essentiels (Cename), et respecter les échéances de paiement de leurs factures auprès de la structure". Avant d'ajouter que "tous les médicaments acquis, stockés et distribués par les FRPS doivent disposer d’une autorisation de mise sur le marché ou à défaut d’une dérogation spéciale d’importation délivrée par le ministère de la Santé publique". 

A l'heure où le trafic des faux médicaments continue de fleurir en Afrique, il semble plus que jamais nécessaire de lancer l'Agence africaine du médicament (AMA) qui semble avoir pris du retard à cause de la crise de coronavirus.