Du manioc séché (photo d'illustration)
Du manioc séché (photo d'illustration)

Bénin : le séchage d'aliments aux abords des voies est dangereux pour la santé

Alternative de conservation des produits alimentaires, le séchage est pratiqué un peu partout au Bénin. Mais les conditions d'hygiène ne sont pas respectées par tous les producteurs.

Léonard Kabo
Rédigé le , mis à jour le

Cossettes d'igname et de manioc, maïs, haricots... Ces produits alimentaires sont produits en grande quantité au Bénin. Mais ces denrées sont facilement périssables. Alors pour mieux les conserver dans le temps, les Béninois procèdent au séchage de ces aliments. Une technique qui permet de retirer toute l'eau qu'il y a dans les produits, et donc d'empêcher la prolifération de bactéries. Mais la plupart du temps, les conditions de séchage ne sont pas rassurantes.

Les adeptes de cette pratique prennent d'assaut les routes et en font des aires de séchage. Sécher ces produits alimentaires aux abords des voies constitue un danger pour les consommateurs, car les conditions de séchage sont souvent désastreuses. "Pour sécher les produits vivriers," explique la docteure Amina Mahamadou Danda, pharmaco-nutritionniste au Chud-Borgou, "il y a certaines conditions d'hygiène qu'il faut respecter".

Hygiène douteuse

Chaîne du froid, propreté des mains et de la zone de séchage... ces conditions sont rarement respectées. Ce qui aggrave notamment le risque d’intoxication alimentaire : "Tout aliment séché aux abords des voies est un aliment à risques, car on ne peut pas contrôler tout ce qui peut s'y infiltrer" précise la pharmaco-nutritionniste. Ces aliments sont généralement exposés à la poussière, aux excréments humains et animaux, sans oublier la pollution ambiante, les produits pétroliers et autres produits toxiques déversés sur les routes à cause des accidents.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), "des millions de personnes tombent malades et un grand nombre d’entre elles décèdent après avoir ingéré des aliments impropres à la consommation". Pour lutter contre les dangers liés à la consommation de ces aliments, les conseillers locaux et les différentes autorités béninoises sont invités à poursuivre et multiplier les séances de sensibilisation, afin d'amener les uns et les autres à comprendre les dangers de ces pratiques. En attendant, "les producteurs peuvent commencer par sécher ces produits dans les champs, loin du passage du public" suggère la nutritionniste.

Avoir une bonne alimentation, c'est le premier pas vers une bonne santé générale, car être bien nourri permet de maintenir un bon système immunitaire. Pour éviter de vous empoisonner, privilégiez les aliments frais et évitez d'acheter des produits alimentaires aux abords des voies.