Au Sénégal, polémique après "l'évasion" d'un détenu souffrant d’insuffisance rénale

La cavale du détenu Pape Mamadou Seck, souffrant d’une maladie chronique grave liée aux reins, n’aura duré que deux semaines. L’opinion sénégalaise reste divisée sur l’histoire de son évasion.

Barou Dembélé
Rédigé le , mis à jour le
Les mains d'un prisonnier dans sa cellule (photo d'illustration)
Les mains d'un prisonnier dans sa cellule (photo d'illustration)

Pape Mamadou Seck a été placé sous mandat de dépôt le 29 juin dernier après son inculpation pour "complot contre l’autorité de l’Etat, association de malfaiteurs en rapport avec une entreprise terroriste" et "destruction de biens appartenant à l’Etat".

Avec d’autres membres d’un supposé groupe insurrectionnel appelé "Force spéciale", il est accusé d’avoir voulu installer le chaos à Dakar, en marge d’une manifestation politique interdite de l’opposition, le 17 juin. Contrairement à ses collègues, Pape Mamadou Seck n’est pas resté longtemps à la prison de Rebeuss vu son état de santé.

Un détenu avec plusieurs maladies chroniques

À son arrivée, "il avait été transféré à l’hôpital Aristide Le Dantec - précisément à la Maison d’arrêt et de correction du pavillon spécial, une prison-hôpital destinée à recevoir les détenus malades du Sénégal, NDLR - parce qu’il souffre d’une maladie chronique grave : une maladie rénale chronique d’origine vasculaire au stade 5 et d’une hypertension maligne", renseigne l’administration pénitentiaire, citée par la presse sénégalaise. 

"À son admission au pavillon spécial et durant toute son incarcération, Pape Mamadou Seck a bénéficié d’un suivi médical permanent dans le respect du droit à la santé reconnu au détenu. Il a bénéficié sans rupture de toute l’assistance dont son état nécessitait. Malheureusement, dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 juillet, il a rompu volontairement le lien de la détention, en s’évadant du pavillon spécial", a ajouté le directeur de l’administration pénitentiaire, le colonel Jean Bertrand Bocandé. Ses explications n’ont pas convaincu la population.

À lire aussi : Polémique après le décès de la voyante sénégalaise Daba Boye, diabétique

8 milliards FCFA pour la dialyse de 1.000 malades

Après la mort d’un premier prévenu dans cette affaire, François Mancabou, qui aurait été torturé par la police, de nombreuses personnes pensent que Pape Mamadou Seck serait décédé dans les mêmes circonstances, estimant que son état de santé le rendait plus fragile. Mais d'après la gendarmerie, ce dernier a été retrouvé à Touba, dans la maison de son marabout.

Au Sénégal, environ 2.000 personnes sont atteintes chaque année d’insuffisance rénale chronique. En plus des projets pour améliorer leur prise en charge, les autorités ont injecté 8 milliards de francs CFA en 2021 pour les séances de dialyse de 1.000 malades, d’après le directeur des opérations de l’Agence de la couverture maladie universelle, Serigne Diouf.